F-Bleu-Belfort

« Savoureusement lire » ce week-end – Interview France Bleu


Avec la rentrée, les salons du livre refleurissent un peu partout. Ce week-end, pour la seconde année, je participerai au salon des auteurs régionaux de la Foire aux livres de Belfort, « Savoureusement lire ».

En préambule à ce salon, France Bleu Belfort Montbéliard  consacre 3 mn chaque jour de cette semaine, à un auteur. Ce matin, c’était mon tour de sacrifier à l’exercice. C’est ma cinquième contribution à Ils font bouger la Franche-Comté, et c’est toujours un réel plaisir de le faire.

Le podcast de l’émission est disponible sur le site de France Bleu. Vous pouvez l’écouter ou le réécouter en cliquant l’image ci-dessous.

ils-font-bouger-la-fc-19-octobre-2016

collection eros

Directrice de collection – Editions Dominique Leroy


C’est en août 2011 qu’est née la collection e-ros (nouvelles érotiques publiées en format numérique) des éditions Dominique Leroy. Dirigée par ChocolatCannelle, elle s’est développée au fil des ans, permettant à des auteurs débutants -dont j’étais- et à d’autres plus confirmés de voir leurs textes publiés en ebooks. Une autre collection est née plus récemment De fil et de soie, consacrée aux récits publiés par épisodes.

ChocolatCannelle a été, durant 5 ans, une directrice de collection attentive mais exigeante. C’est exactement cela qui garanti aux lecteurs des livres de qualité et aux auteurs d’être guidés du mieux possible pour donner le meilleur d’eux-mêmes. Il y a quelque temps, elle m’a contactée par mail pour m’annoncer sa décision de se retirer, et du fait qu’elle avait pensé que je pouvais la remplacer dans ses fonctions -ce qui avait été validé par l’éditrice. J’avoue avoir ressenti de la fierté, puis des doutes… Serais-je à la hauteur ? Littérairement parlant, je n’avais pas d’inquiétude, mais techniquement… Quelques échanges m’ayant rassurée, j’ai fini par accepter.

Début septembre, je prendrai donc la direction des collections précédemment dirigées par ChocolatCannelle. Je remercie Dominique Leroy pour sa confiance et ferai mon maximum pour être à la hauteur de la tâche. Quant aux auteurs et illustrateurs actuels, j’espère qu’ils seront patients et compréhensifs car il va falloir que je fasse mon apprentissage😉 J’espère que d’autres talents viendront enrichir ces belles collections, j’y travaillerai.

Et maintenant… Au travail ! Belle rentrée à tous.

 

Rentree-litteraire

Ma rentrée littéraire 2016


Les vacances d’été tirent à leur fin et la rentrée approche. Que dire de cette rentrée en ce qui me concerne ?

Eh bien, elle s’annonce riche en événements. Tout d’abord, ce mardi 23, je serai dans les studios de Fréquence Amitié Vesoul afin d’enregistrer une émission qui sera consacrée à mon livre Épanouissantes contraintes (Éditions Dominique Leroy). Je ne sais pas encore quand elle sera diffusée, mais ne manquerai pas de les indiquer ici, de même que le lien pour écouter le podcast.

Suivra également, à la fin août, un enregistrement radio pour RCF Aubenas, toujours à propos du même livre. Cette émission devrait être diffusée en octobre, m’a indiqué l’animateur lors d’un entretien récent. Je vais également envoyer un exemplaire à France Bleu Besançon pour une éventuelle évocation dans l’émission de Marie-Ange Pinelli Ma librairie. J’attendais la fin des vacances pour cela, et la finalisation de la distribution sur les sites de librairies en ligne. Cette dernière sera faite en septembre.

J’avais également annoncé que je mettrais ces congés à profit pour me remettre à l’écriture de mon roman, c’est chose faite. Ça avance et je me donne jusqu’à novembre pour qu’il soit terminé. Il pourrait y avoir une jolie surprise pour la fin de l’année, ou le début 2017 en ce qui le concerne.

L’automne est réputé pour être la saison des salons du livre. Mon agenda s’est bien rempli ces semaines dernières et vous pourrez me retrouver lors des Journées du Patrimoine à Luxeuil-les-Bains (70) avec les adhérents de l’Association Comtoise des Auteurs Indépendants (ACAI), puis en octobre à la Foire aux Livres de Belfort où, comme l’an dernier, je participerai au salon des auteurs Savoureusement lire. Il me reste des weekends de libres, aussi si vous êtes libraires ou bibliothécaires et que vous souhaitez organiser une rencontre avec le public, n’hésitez pas à me contacter.

Enfin, je devrais également être en mesure d’annoncer une grande nouvelle pour la fin du mois ou début septembre (on peut dire que ce sera pour moi un super cadeau d’anniversaire😉 ). J’ai reçu dernièrement une proposition très intéressante et en suis à l’heure actuelle à l’étude du contrat. Rien n’est encore officialisé c’est pourquoi je n’en dirai pas plus pour l’instant. La seule chose que je peux confier aujourd’hui, c’est que je devrais porter une double casquette d’ici peu. Surveillez l’actualité de ce blog, vous ne raterez ainsi pas l’annonce lorsqu’elle paraîtra.

Bref, tout cela fait beaucoup de travail en prévision, mais il serait malvenu que je m’en plaigne… Au contraire, c’est non seulement très valorisant, mais aussi très stimulant, intellectuellement parlant.

648x415_grace-partielle-accordee-dimanche-francois-hollande-jacqueline-sauvage-condamnee-dix-ans-prison-meurtre-mari-violent-suscite-nombreuses-reactions-poli

Jacqueline Sauvage : refus de libération conditionnelle


648x415_grace-partielle-accordee-dimanche-francois-hollande-jacqueline-sauvage-condamnee-dix-ans-prison-meurtre-mari-violent-suscite-nombreuses-reactions-poliDécidément, l’affaire Jacqueline Sauvage n’en finit pas de défrayer la presse. Pour mémoire, je rappelle que cette femme, poursuivie pour avoir abattu son mari après 47 années de torture conjugale, a été condamnée initialement à 10 années de réclusion, peine confirmée par la cour d’appel. Le parcours atroce de cette femme qui a vécu l’enfer sur terre durant presque 50 ans, a ému la France et  soulevé un mouvement de soutien dépassant tous les clivages politiques. En janvier dernier, François Hollande lui a accordé une grâce partielle, s’en remettant au Tribunal d’Application des Peines pour envisager une libération conditionnelle avant qu’elle n’ait fini de purger la moitié de peine.

Après des mois d’évaluation psychologique et malgré l’avis favorable à cette libération du Parquet, le juge d’application des peines de Melun a rendu une décision négative aujourd’hui, semant la colère et l’incompréhension tant des avocates et filles de Jacqueline Sauvage que de ses soutiens ainsi que d’une large partie de la classe politique.

Cette décision est choquante, et ce qui l’est encore plus, ce sont les arguments avancés par le juge dans son compte-rendu. Ainsi, il est reprochée à l’intéressée la médiatisation de son affaire qui, je cite « rend difficile une authentique démarche de réflexion pour madame Sauvage qui est encouragée à se cantonner dans un positionnement exclusif de victime sans remettre en question son questionnement psychique personnel et sans s’interroger sur sa part de responsabilité dans le fonctionnement pathologique de son couple«  . En clair, on lui fait payer le fait d’être devenue, sans en être responsable ou l’avoir cherché, un symbole national de la violence conjugale subie par les femmes. Et de façon explicite, cette décision fait des véritables bourreaux de pauvres victimes. Surtout lorsque l’on sait que les hommes violents qui finissent par tuer leurs épouses ou compagnes s’en tirent pour bien moins que 10 de prison, quand ce n’est pas une peine de substitution comme dans cette autre affaire désormais au moins aussi médiatique de l’affaire Sauvage, dans laquelle le coupable n’a jamais passé une seule journée en détention mais a été placé sous bracelet électronique.

« Jusqu’où va-t-on martyriser cette femme ? » s’emportent Me Nathalie Tomasini et Janine Bonaggiunta, les avocates de Jacqueline Sauvage. Je me pose la même question, tant je suis scandalisée par cette décision et le discours qui la justifie. Qu’en 2016, avec la connaissance que l’on a de la problématique des violences conjugales, avec les chiffres toujours aussi élevés de décès (une femme meurt toujours tous les 3 jours, en France, sous les coups de son compagnon), on tienne encore de pareils discours est juste au mieux surréaliste, au pire d’une inhumanité rare.

A moins d’un an de l’élection présidentielle, on peut y voir une décision politique. Les magistrats n’auraient pas digéré que le Président s’immisce dans les décisions des institutions judiciaires qui veulent aujourd’hui « affirmer leur souveraineté ». Ce qui est lamentable, c’est que cette affirmation se fait au détriment d’une femme qui n’avait pas besoin de cela en plus de tout ce qu’elle a déjà subi.

Réactions :

L’association féministe Les effronté-e-s : Les effronté-e-s sont accablées et scandalisées par le rejet de la demande de libération de Jacqueline Sauvage, six mois après la grâce présidentielle qui lui avait été accordée ! (lire la suite ICI) et rappellent, sur leur site que depuis le début de l’année 2016, 76 femmes sont mortes en France sous les coups de leurs compagnons.

François Bayrou (Modem) dénonce lui aussi une décision incompréhensible et demande à François Hollande de prendre ses responsabilités (c’est à dire à attribuer une grâce totale). Et d’ajouter « au point où nous en sommes arrivés, s’agissant de la libération conditionnelle, c’est-à-dire sous surveillance, une seule question devrait se poser, c’est celle de la dangerosité éventuelle de la personne remise en liberté. Sur ce point, il ne semble pas y avoir de risque ni de débat ».

Nathalie Kosciusko-Morizet (LR) : « Déçue par le rejet de la demande de libération de Jacqueline Sauvage. Espoir conservé pour la procédure en appel. Restons mobilisés. « 

Valérie Boyer (députée LR) : « Cette décision de justice est un signal catastrophique envoyé aux femmes battues, cela est insupportable. « 

Pierre Laurent (PCF) : « Triste et en colère après le rejet de la libération conditionnelle de #JacquelineSauvage. Un permis de frapper pour tous les hommes violents. »

Jean-Luc Mélanchon (Parti de Gauche) : « Donc, Jacqueline Sauvage resterait en prison en dépit de tout, sa longue peine dans l’enfer conjugal, sa détention préventive et malgré la grâce présidentielle ? Quelle justice est-ce là ? Le rôle de la justice est de dire ce qui est juste à propos d’ un délit ou d’un crime. Ce qui est juste est déterminé par la loi. Mais la libre appréciation du juge dans le cadre de la loi est composante de la justice. Surtout en matière d’appréciation des peines. Dans ces conditions, la décision prise sur cette personne n’est pas juste. Donc, elle est injuste. Et cruelle. « 

revuedepresse

Actualité dans la presse


Il y a peu, j’ai relancé mes contacts de la presse afin d’assurer la promotion de Épanouissantes contraintes. J’ai eu l’agréable surprise d’avoir un retour positif rapidement pour La Presse de Vesoul, qui a publié un article sur le livre dans son édition du jeudi 28 juillet. Je vous propose de le lire ici.

Presse de Vesoul - 28 juillet 2016

Un bonheur n’arrivant jamais seul, ce matin était mis en ligne sur le blog de Théo Kosma Plume-interdite, un interview réalisé il y a quelques semaines. Je suis ainsi heureuse de côtoyer Anne Bert, ChocolatCannelle et Jean-Claude Thibaud, dans cette rubrique consacrée aux interviews d’auteurs. Vous pouvez le lire en cliquant ICI. J’ai particulièrement apprécié les questions personnalisées de Théo. Trop de blogueurs se contentent d’un formulaire type auquel tous les auteurs sollicités répondent. Du sur-mesure, c’est quand même beaucoup mieux😉

J’enchaînerai le 23 août prochain avec une émission de radio. Après m’avoir consacré un temps d’antenne pour la promotion des Bleus au corps au printemps, Fréquence Amitié Vesoul m’accueillera une nouvelle fois pour parler littérature érotique et plus particulièrement des mes Épanouissantes contraintes.

 

 

Presse de vesoul - Une

Épanouissantes contraintes dans La Presse de Vesoul


Depuis sa parution en mai, Épanouissantes contraintes, mon recueil de nouvelles érotiques, c’était fait discret dans les médias. En effet, tant que la distribution n’était pas effective, il était difficile d’en faire la promotion. Aujourd’hui, il est possible de commander le livre dans toutes les librairies ainsi que sur Amazon (la présence sur les sites de librairies en ligne sera totalement finalisée à la rentrée), j’ai donc contacté les médias francs-comtois —mais pas que— et voici la première retombée. L’édition de ce jour de La Presse de Vesoul consacre un bel article à Épanouissantes contraintes (et avec une annonce à la Une)🙂

 

Presse de Vesoul - 28 juillet 2016

24621-love-champagne-pink-red-glass

Noces de plomb


Le plomb n’est pas une matière noble, loin s’en faut. Il empoisonne lorsqu’on l’absorbe, il alourdit, il tue lorsqu’il est coulé en munitions ou transformé en soldats… Et pourtant aujourd’hui, il symbolise les 14 années de mariage que l’on a à notre actif, ce qui ne veut nullement dire que ce dernier a du plomb dans l’aile !

Il y 14 ans donc, après 5 années de vie commune et un enfant, nous avons officialisé notre union devant monsieur le Maire. Je me souviens que lorsque j’ai annoncé à notre fils de cinq ans que nous allions nous marier, il a fondu en larmes en me disant « Mais qu’est-ce que je vais devenir ? » Je ne sais pas ce qu’il s’imaginait alors, que ce mariage serait une bulle de laquelle il serait exclu ? Cela n’a pas révolutionné notre existence, c’était une formalité et l’occasion de faire la fête avec la famille et les amis. Chacun a gardé une relative indépendance, et nous avons continué à faire face aux coups durs —qui ne nous ont pas épargnés— et à nous réjouir des petits et grands bonheurs que la vie nous a offerts.

Nous nous sommes beaucoup amusés et nous continuons à le faire… L’humour, le rire, c’est peut-être ce qui nous soude le plus. Nous sommes toujours aussi complices à ce niveau, je dirais même que nous nous améliorons sans cesse. Nous entretenons au quotidien notre relation, pour ne pas sombrer dans la routine et l’ennui. Si je me suis lancée dans l’écriture érotique, cela répondait bien sûr à un besoin de me réconcilier avec moi-même, mais c’était aussi une façon d’entretenir la flamme entre nous. Je me souviens de ton empressement et de ta curiosité à découvrir les petits textes que je postais alors sur un forum internet, de ta fierté après les avoir lus, de tes encouragements à persévérer. Si aujourd’hui je suis publiée, c’est aussi à toi que je le dois.

A l’heure où le ciel s’assombrit, où le monde semble basculer dans la folie et la barbarie, la flamme de l’amour nous guide toujours. Parce qu’il n’y a de salut que dans l’amour et la paix…