La trilogie de Florence Dugas


Je me suis offert cet hiver cette trilogie SM très sadienne en toute connaissance de cause… Je m’attendais à une lecture difficile et dérangeante, je ne fus pas déçue. Tout y est ! Le superbe, l’extrême, l’horreur, le dégoût… Lire ces ouvrages ne peut laisser en aucun cas insensible. A noter une écriture remarquable. Je déconseillerais cependant ces lectures aux personnes trop sensibles.

Dolorosa Soror

« Ce texte-évènement d’une génération, d’une puissance d’envoûtement inégalée, est un témoignage qui se situe au-delà de tout fantasme, dans une région où la violence des mots cherche à différer les impasses de la chair ».

L’Evangile d’Eros

Deuxième volet de cette oeuvre, il se situe aux confins de la folie et de l’excès. Texte hanté par les règlements de compte d’un amour qui se délite. Beau et terrifiant à la fois…

Post-Scriptum

Dans ce volume qui clôt cette trilogie, l’auteur repousse les frontières jusqu’à l’extrême… On ne sort pas intact d’une telle lecture.

Elle boit une gorgée, puis prend le glaçon dans sa bouche, et se penche sur le ventre de Laurence.

La sensation terrible de l’alcool sur ses muqueuses… Ses lèvres l’amènent au bord de l’orgasme, le glaçon brûlant recule le plaisir tout en l’y ramenant de suite -Laurence ne sait plus ce qui est glacé, de la langue qui la torture ou du feu mouillé du petit cube dur- les arêtes du glaçons, d’abord vives, s’arrondissent en se frottant contre les lèvres de son sexe, et c’est la langue de Marie-Agnèse à présent qui lui paraît coupante.

Elle prend un nouveau glaçon dans sa main, et sans cesser de torturer le ventre de Laurence, elle recommence à caresser ses seins.

Entre leurs lèvres mêlées, le glaçon fond rapidement. Quand il n’en reste plus qu’une petite noix, Marie-Agnès l’enfonce, d’un coup de langue, dans le vagin.

L’impression d’être pénétrée d’un fer rouge, mais Laurence jouit tellement qu’elle fait fondre presque instantanément la brûlure. « Non ! » -dix foix répété. Elle s’entend crier, elle s’entend supplier, tandis que Marie-Agnès continue ses jeux de glace autour de son sexe écartelé par l’orgasme. Elle refuse à ce ventre la permission de s’apaiser, et la jouissance se fait douleur, et s’accroît du même coup. Laurence se cambre contre sa bouche et elle cherche simultanément à la fuir, elle tire désespérément sur les foulards de soie, à ses poignets -« Non ! », encore une fois, mais Marie-Agnès ne l’entend pas -là-haut, le regard de Pierre se fait complice et tendre en écoutant sa soeur jouir.

Et puis celle-ci ne le voit plus, parce que Marie-Agnès vient de l’enjamber, tête-bêche, et elle noie sa langue, à son tour, dans son ventre -son ventre lui mange les lèvres, son ventre lui mord les dents, son plaisir lui coule dans la bouche, comme une source à fleur de terre, elle abreuve à son ventre la soif terrible de son ventre- ravagé de douleur et d’extase. Marie-Agnès enfonce un dernier glaçon aux arêtes encore tranchantes dans le vagin ruisselant, et l’y fait tourner, avec deux doigts, inlassablement -Laurence, la bouche écarquillée contre le sexe de Marie-Agnès, a un hurlement muet, et elle s’entend encore dire « non », mais peut être est-ce seulement dans sa tête, et c’est un non qui veut dire oui, oui, oui.

Florence Dugas – L’évangile d’Eros

Editions Cercle Poche

Mise en garde

J’avertis le lecteur que ce livre contient des pages très dures à lire. La mort est très présente dans l’oeuvre de Florence Dugas. L’écriture est remarquable, mais si certaines pages sont d’une sensualité superbe (comme l’extrait que je vous ai offert ci-dessus), d’autres sont d’une noirceur qui peut choquer. Il faut lire cela comme un fantasme poussé de façon paroxystique, c’est la seule manière de le trouver tolérable. Vous voilà prévenus, vous qui songez à vous plonger dans l’univers de l’auteur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s