Les charognards


J’ai déjà largement exposé ici qu’elle fut ma vie passée, et ce que j’avais eu à vivre de sordide. Depuis que je surfe sur les blogs et tchats BDSM, je me suis aperçue que je n’étais pas une exception, loin de là. A tel point que cela m’a interpellée… Pourquoi cette aussi forte proportioin de femmes ayant subit violences et outrages dans la population des soumises ?

La solution simpliste (certains s’empresseront de sauter dessus, elle ne demande aucune réflexion) serait de dire qu’elles ne sont jamais sortie de la sphère violente, et que leur soumission est le prolongement logique des abus qu’elles ont subis. Ca arrange bien, ça donne bonne conscience ! Et ça permet de dire haut et fort que les pratiquants bdsm sont des malades dangereux.

Certes, je ne dis pas qu’il n’y a pas un certain nombre de soumises qui se complaisent dans leur statut de victime, et qui, souvent, se mettent plus ou moins volontairement, dans des situations à risques, ne serait-ce que par leur choix de partenaire, sombrant pour certaines dans l’auto-destruction la plus noire. Je dis plus ou moins volontairement, car pour beaucoup, cela n’arrive que parce qu’elles n’ont pas pris le temps de faire un vrai travail sur elles-mêmes… Entrer en soumission n’est pas quelque chose d’anodin, il faut être clair avec soi-même pour pouvoir s’abandonner en toute sérénité entre des mains dominantes. La soumission n’est pas une thérapie, elle doit venir APRES la thérapie (ou la réflexion…). Beaucoup ne prennent pas le temps de le faire, par négligence, par ignorance, ou tout simplement par peur d’être seules. Or, l’adage « mieux vaux être seul(e) que mal accompagné(e) » n’a jamais eut autant d’importance que dans une relation BDSM. On ne se choisit pas un dom par défaut ou par crainte d’être seule. Le faire conduit droit dans le mur.

Autre chose, il existe certains hommes (ou femmes d’ailleurs) qui font partie de ce que j’appelle « les charognards ». Ces gens, sans aucun scrupule, sont à l’affût de personnes faibles, facilement manipulables. Ils ont cette faculté de repérer très très vite leurs proies. Alors après, on peut taxer celles-ci de naïves, d’imbéciles, de tout ce que l’on veut, pour moi ce ne sont que des personnes en état de faiblesse qui sont victimes de personnages peu scrupuleux et particulièrement manipulateurs. Ces charognards, il y en a quelques uns qui nagent dans les eaux troubles du BDSM, mais il y en a des meutes chez les vanilles. Tous fonctionnent de la même manière.

Tout cela pour dire que, quelque part, je pense que la personne ayant des dispositions à la soumission envoie des signaux qui font d’elle une proie potentielle (même si elle l’ignore elle-même…). Ce n’est pas facile d’exposer cela, je ne sais pas si je suis bien claire, mais dans ma tête, ça l’est parfaitement. Avec de la chance, elles rencontrent de vrais doms, qui les ouvrent à la découverte de nos plaisirs particuliers, et tout se passe bien, par contre si par malheur elles tombent sur un charognard (sm ou vanille), ce sera la catastrophe (renforcée dans le cas du SM, par le fait que pour beaucoup d’entre elles, ce qu’elles auront vécu sera considéré comme quelque chose de normal en BDSM…). Le pire étant qu’elles vivront tout cela comme une forme d’expiation de soi-disant fautes qu’elles n’auront pas commises. Dans ce cercle vicieux, difficile de trouver une issue… Pour cela, il faut briser le cercle…

Publicités

Une réflexion sur “Les charognards

  1. Transfert des commentaires originaux :

    Je pense

    sincèrement au vu des ami(es) avec qui nous correspondons que ce genre d’individus propèrent et détruisent. Nous ne nous étions pas concertés mais j’ai mis ce matin un post la dessus également, il faudrait que cela cesse, notre milieu est vérolé, je ne parle pas de ceux qui veulent apprendre, je parle de ceux par qui un jour le sm sera interdit !
    Posté par Blacksnake, 07 décembre 2006 à 10:43

    Solidaire

    Vous abordez un point qui ne cesse de m’interroger. Depuis 3 ans que je suis venu sur des chats j’ai « entendu » ce type de récits sur la ou les violences subies par des femmes, pendant leur enfance ou adolescence en général, même si cela arrive après….. Les hommes……. Bon j’en suis un. Mais pas toujours avec le sentiment d’être un vrai….. et heureusement pour les femmes que je rencontre.
    Il y a celles qui ont la chance de s’être guérie de leurs blessures avec le BDSM. Ce qui continue de m’étonner. Celles qui ne s’en remettent jamais, avec ou sans BDSM. Une femme à une légitimité pour dire écrire ce que tu as écrit. Désolé pour ce « tu » auquel je n’ai pas forcément été invité mais c’est un tu solidaire et respectueux.
    Solidaire, je le suis et à l’écoute chaque fois que je me trouve être dans ce cas. J’y ai rencontré aussi des personnes qui ont apprécié cette écoute. Je pense à une jeune femme « devenue » ou révélée lesbienne, peut être, par l’amour et le réconfort qu’elle avait trouvé chez une femme devenue « sa compagne maîtresse ». Une belle histoire.
    Posté par Doudom, 07 décembre 2006 à 10:44

    et voilà….

    comment les grands esprits se rencontrent, j’ai mis un post, ce matin où je rejoints ton coup de gueule… sourire, en moins détaillé, je pensais y revenir, après, mais l’herbe est coupée sous le pied, rires….
    bises,
    Posté par shilane, 07 décembre 2006 à 10:52

    Blacksnake et Shilane

    hé oui, nous sommes sur la même longueur d’ondes, même sans nous consulter… Mais plus nous serons nombreux à dénoncer, à expliquer, et plus nous aurons de chance de voir reculer de tels comportements (du moins dans le bdsm, parce que dans la vie vanille, c’est encore autre chose !). Alors Shilane, même si j’ai fait cet article, écris le tien, vas-y ! Mets y tes mots, ta rage, ça enfoncera un peu plus le clou.
    Posté par Isa, 07 décembre 2006 à 11:25

    Doudom,

    je vous pardonne bien volontiers ce « tu », qu’à aucun moment je n’ai pris pour une marque d’irrespect… Tout est dans la manière de le dire, et on sent le respect de l’autre dans vos mots. Vos questionnements sont sains, et votre écoute précieuse pour celles qui en ont besoin. Alors ne changez rien. Restez vous-mêmes. Un Humain avec une majuscule…
    Posté par Isa, 07 décembre 2006 à 11:29

    Droit dans le mille…

    ..;avec ce très bon post, Isa. Personnellement je n’ai pas eu à subir certains aspects de ton vécu, mais je connais plusieurs personnes étant passées par là et qui ont réappris à avoir confiance en elles et en les autres via une relation BDSM.

    Quant à la thérapie…pour diverses raisons j’en ai personnellement suivi une avant de me lancer dans le BDSM. je voulais être sûre de ne pas faire les choses pour les mauvaises raisons, et tenais à nettoyer mes placards des vieux squelettes qui traînent avant toute démarche.

    Les charognards à la chasse aux proies faciles, fragilisées…hélàs il y en a…
    Posté par RoseNoire, 07 décembre 2006 à 11:49

    Ce que tu appelles

    Les charognards, moi je les appelerai les pervers, dans le sens psy du terme, c’est à dire des gens qui prennent leur plaisir dans la manipulation et l’abaissement de l’autre quiest réduit à l’état de simple objet de jouissance. Cela n’a bien sûr rien à voir avec des jeux SM dans le respect mutuel et on rencontre ces gens là dans tout sorte de tchats. La perversité pouvant d’aileurs se loger dans bien d’autres domaines que la sexualité.
    La personnalité de la victime: contrairement aux avis de beaufs, ce n’est pas qu’elle « aime ça » mais qu’elle a été habituée dés son jeune age à un type de relation ou l’amour s’exprimait par la violence et inconsciement elle recherche des partenaires qui par leur attitude lui font penser qu’ils l’aiment. Sauf que pour elle aimer = être maltraitée. La solution pour sortir de ce genre de piège est, comme le suggère Isa, une thérapie qui leur permetra de metre à jour leurs fonctionnement jusque là inconscient…Alors elle pourront vivre leurs relations amoureuse sur un mode qui ne sera plus mortifère.
    Posté par Paladin, 07 décembre 2006 à 11:51

    Coup double…

    @ Rose Noire -> Ravie de te revoir par ici. Ta démarche était saine en tout cas. A défaut d’analyse, au moins s’interroger longuement sur nos vraies motivations. C’est un minimum de mon point de vue…

    @ Paladin -> Merci à toi d’éclairer ce post du point de vue médical, et là, tu sais de quoi tu parles. Tu as entièrement raison, ce sont des pervers de la pire espèce. Quand aux victimes, il faut effectivement leur apprendre à penser différemment, à agir différemment. J’ai coutume de dire qu’elles sont un peu commes les victimes de sectes, reprogrammées d’une manière destructrice. Si l’on peu au moins leur faire prendre conscience de cela, c’est déjà ça. Le premier pas vers autre chose en tout cas.
    Posté par Isa, 07 décembre 2006 à 14:20

    Quel que soit le passé

    d’une soumise, je pense que celle-ci ne peut prétendre à ce jeu, qu’une fois libérée de toutes ses chaînes mentales. Une femme entravée par des troubles psychiques ou des violences physiques, ou les deux, ou tout simplement par une éducation ou un milieu particulier, ne peut se soumettre réellement avec liberté et plaisir. Il y aura toujours derrière ou dans sa soumission, quelque chose de trouble, de malheureux, de lourd (tu parles du rôle de victime ou encore d’expier de quelconques fautes…).
    Une véritable soumise ne se sent pas du tout une victime, pas plus qu’elle ne ressent un besoin d’évacuer des fautes…Personnellement, je ne pense pas « expier mes péchés » quand je reçois une correction !…lol…PAs plus que je ne me sens la victime. Pour ce type de jeux, les joueurs doivent je pense être clairs avec eux-mêmes, leurs désirs et leurs fantasmes…et bien sûr avec leur(s) partenaire(s).
    Posté par Volcane, 07 décembre 2006 à 22:38
    Volcane,

    nous sommes bien sur la même longueur d’ondes, complètement en phase. Rien à rajouter à tes mots. Merci du passage ma douce. Bises
    Posté par Isa, 08 décembre 2006 à 07:33

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s