Les cerfs-volants


C’était aux jours les plus chauds
Que vous étiez tant attendus
A l’heure où la nature fait le don le plus beau
Celui des fruits tendres et charnus.

Aux belles heures de l’année,
Où les enfants insouciants,
Courent partout, faisant voler
Au ciel bleuté leurs cerfs-volants.

Ciel d’azur et soleil il y eut
Mais l’été n’était pas encore venu.
Le temps d’un souffle faible et ténu
Qu’à peine nés, vous n’étiez plus.

Le jour des vœux et du muguet,
Un petit tour, vous avez fait.
Anges éphémères, trop tôt partis,
Nous laissant seuls et démunis.

Ce jour de mai, nous vîmes monter,
Assombrissant le ciel bleuté,
Deux papillons blancs et nacrés.

Nuls rires cristallins, nuls cris de cour d’école
Ne vinrent accompagner ce bref envol.
Par une belle matinée
Les cerfs-volants s’en sont allés.

Au temps du deuil et du chagrin,
Succéderont des lendemains
Faits d’amour, d’espoir et de joie.

D’autres printemps, d’autres saisons,
D’autres muguets refleuriront
Nous rappelant qu’un jour vous fûtes.

Crédit images Maryvonne35

Publicités

2 réflexions sur “Les cerfs-volants

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s