L’exécution de la honte


Cette nuit, il n’y a pas eu de miracle pour Troy Davis, condamné à mort pour un crime qu’il a toujours nié depuis 22 ans. Après trois reports, on lui a infligé l’injection létale, malgré le fait que 7 des neufs témoins à charge étaient revenus sur leurs déclarations, l’absence totale de preuves et d’empreintes digitales, et le faux témoignage du médecin légiste dans le rapport balistique.

Les Etats-Unis, qui se prétendent pays des libertés, viennent de démontrer aux yeux du monde qu’ils ne se soucient que bien peu des droits fondamentaux de certains de leurs concitoyens.  Cette nuit, la justice américaine a fait exécuter un innocent sans aucun état d’âme.

Pour mémoire, je rappelle que la Géorgie a repris les exécutions en 1983, avec 46 exécution pour 106 hommes et 1 femmes emprisonnés dans les couloirs de la mort, et fait partie des rares états dans lesquels le Gouverneur n’a aucune influence sur les exécutions (avec l’Idaho et le Connecticut). Un comité des grâces composé de cinq fonctionnaires indépendants se réunit peu avant l’exécution et peut commuer la peine, ou simplement surseoir à l’exécution. Seulement 6 grâces y ont été accordées, parce que les condamnés avaient fait preuve de rédemption. Mais un INNOCENT peut-il faire preuve de REDEMPTION ?

Aujourd’hui, j’ai honte d’appartenir à la même espèce humaine que ces gens…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s