Le blé en herbe – Colette


Quatrième de couverture :

Phil et Vinca, les deux adolescents du Blé en herbe, resteront le vivant symbole de la pureté du désir, de la joie des vacances.

Les plages blondes et les chardons bleus prêtent leurs couleurs à ce charmant conte d’amour.

La description que Colette, avec une émotion retenue, a faite de ce voyage sentimental et charnel ne peut vieillir en sa parfaite vérité.

L’auteur :

Née dans l’Yonne en 1873, Colette y passe son enfance et y gagne un amour profond de la nature. Auteur de nombreux romans où se révèle, dans un style souple, précis et coloré, sa sensibilité subtile et voluptueuse, elle est élue à l’Académie Goncourt en 1945. Elle meurt à Paris en 1954.

Mon avis :

J’avais lu ce livre il y a bien longtemps, alors que j’étais adolescente. J’ai souvenir qu’à l’époque, je l’avais dévoré passionnément, et avais ressenti à sa lecture un certain trouble.

Roman initiatique par excellence, « Le blé en herbe » nous fait découvrir la fraîcheur des amours adolescentes avec toute la nostalgie et la tristesse qui en découlent.

C’est avec un très grand plaisir que je me suis replongée dans l’univers de Phil et Vinca, ces deux adolescents qui découvrent le pouvoir de la séduction, et les malaises qu’il entraîne. Deux enfants amoureux, qui se cherchent, s’apprivoisent… C’est dans les bras de Mme Dalleray que Phil découvrira l’amour charnel, laissant par le même coup son enfance dans le lit défait de celle-ci.

Publié en 1923, ce livre fit scandale, bien qu’à aucun moment, il n’y ait rien de choquant, si ce ne sont les situations évoquées. Tout y est ici suggéré de façon fine et ciselée. Colette, orfèvre des mots, exprime sa sensibilité avec un très grand art.

J’ai retrouvé mes émotions de lectrice adolescente, avec la compréhension qui est la mienne aujourd’hui, puisque je peux m’identifier aux deux personnages féminins du roman, ce qui donne une dimension supplémentaire à cette lecture. Je n’ai nullement été déçue, comme ça peut être le cas lorsque je relis aujourd’hui des livres que j’ai adorés étant jeune. C’est là le propre des chefs-d’oeuvre que de ne pas prendre de rides et résister aux époques.

J’en ai d’ailleurs conseillé la lecture à mon fils, reste à savoir s’il le fera.

Publicités

2 réflexions sur “Le blé en herbe – Colette

  1. Le blé en herbe que de souvenirs. je l’ai lu à 16 ans j’en ai bientôt 81 et il m’est arrivé de le relire, bien des fois il est toujours en bonne place dans ma bibliothèque.
    j’ai apprécié votre avis c’est pour cela que je vous laisse ce petit

    J'aime

    • Soyez le bienvenu chez moi lautier. Il y a des livres (comme celui-là) qui sont intemporels et que l’on prend toujours un grand plaisir à lire. Quand je pense que ma mère me disait « Tu les as lus, débarrasse-toi de ces livres » ! Sacrilège… Et pourquoi pas un autodafé tant qu’on y est…

      Revenez ici quand vous voulez en tout cas.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s