Auteurs, soyez exigeants !


Débuter en tant qu’auteur n’est pas simple. Outre un minimum de talent, il faut encore trouver l’éditeur qui vous fera confiance, et là, ça n’est pas joué d’avance. Aussi, quoi de mieux pour se faire à la fois les griffes et un nom, que de participer à des ouvrages collectifs ?

La littérature érotique est un genre où il est peut-être plus facile de percer, du fait du petit nombre d’éditeurs spécialisés, et surtout de la multiplicité des collections d’ouvrages collectifs. Ensuite, reste à savoir si vous souhaitez être publié pour la gloire (« chouette, j’ai atteint mon but, je peux mourir en paix ») ou si vous visez plus (« une publication c’est bien, finir par être reconnu c’est mieux »).

Aussi, voici quelques conseils issus de mon expérience. Privilégiez toujours l’éditeur qui donnera le plus de visibilité à votre nom. Eh oui, même pour un collectif, certains mentionnent les noms de tous les auteurs sur leurs couvertures, d’autres non. Comment voulez-vous vous faire connaître si votre nom est enfoui aux fins fonds du volume ? D’autant que dans ces collectifs, on trouve toujours quelques grandes plumes, et qu’il n’est pas rare que sur les sites de vente en ligne, on les indique comme seuls auteurs desdits ouvrages.

Ensuite, il y a le droit de regard avant publication. Rares sont les textes qui peuvent être publiés tels quels, sans aucune retouche. Là encore, deux options : soit vous corrigez vous-même (au risque de laisser passer quelques fautes ou coquilles), soit vous vous en remettez au correcteur de l’éditeur. Sachez que dans tous les cas de figure, on doit vous envoyer un « bon à tirer » avant impression. Ce bon à tirer est une épreuve de votre texte tel qu’il apparaîtra dans le livre. Ça sera le moment pour vous d’apporter d’ultimes corrections, mais surtout, de donner votre accord au texte final avant qu’il ne parte aux presses. Ainsi, aucune chance que vous ayez de mauvaises surprises en ouvrant le livre terminé, et en vous apercevant que certaines choses ne sont pas conformes à ce que vous avez écrit (parfois, un simple changement de ponctuation peut altérer le sens d’une phrase…).

Enfin, n’hésitez pas à soumettre un même texte à différents éditeurs proposant des collections du même genre, faites jouer la concurrence. On vous demande des modifications qui ne vous semblent pas justifiées ? Ne les faites pas systématiquement pour que votre texte soit accepté par l’éditeur, tant que vous n’avez pas de réponse des autres. Lorsque l’on écrit, on veut faire passer des émotions aux lecteurs. Changer quelques mots pour que le texte colle plus à l’esprit d’un ouvrage peut, là encore, le dénaturer. Il n’y a rien de pire que de ne pas reconnaître son texte lorsqu’on le lit à parution !

En un mot comme en cent, même pour une nouvelle, soyez exigeants (avec les autres, mais aussi et d’abord avec vous-mêmes : fignolez, soignez votre écriture). Vous avez envoyé un manuscrit et n’avez pas de réponse ? Relancez… Et si ça ne fonctionne pas par la voie classique, prenez les chemins détournés, il arrive parfois que les manuscrits se perdent !

Cela vous permettra de vous immiscer dans le milieu de l’édition, puis petit à petit, vous verrez que votre plume s’affinera. Parfois, on tombe sur des gens qui nous font vraiment progresser parce qu’ils traitent les auteurs comme de vrais partenaires, les aiguillent dans les modifications, argumentent leurs demandes de façon intéressante. C’est alors un vrai plaisir que de travailler, même s’il faut revoir sa copie cinq ou dix fois. On apprend, on s’enrichit.

Et alors, un jour arrive où l’on a pris assez d’assurance pour oser autre chose. Un roman par exemple… Il ne reste plus qu’à mettre en application tout ce que l’on aura appris précédemment, et faire jouer les contacts que l’on a accumulés durant l’expérience précédente.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s