Violence conjugale : quelle aide possible ?


Le second volet du dossier mené par Isabelle Lorédan, suite à la Journée internationale des violences faites aux femmes. Un volet en immersion sur le terrain, et qui apporte des réponses concrètes à celles qui seraient face à cette situation dans l’Aire Urbaine.

VICTIMES : QUELLE AIDE POSSIBLE ?
Le premier ennemi d’une femme victime de violence, c’est son isolement, soigneusement orchestré par son conjoint. La honte ressentie, en partie liée au fait qu’elle s’imagine responsable de ce qui lui arrive, l’empêche de parler. Or, le premier pas vers la libération passe par la parole.
Aucune femme, quel que soit le contexte dans lequel se situe les violences subies (je pense particulièrement au contexte libertin qui renforce le sentiment de honte) n’est une victime au rabais. Il est important que cela soit dit, car dans certains cas, on peut entendre des victimes exprimer la crainte de ne pas être reconnues, du fait qu’elles ont pu donner leur consentement à certaines choses. La honte doit être dans le camp des auteurs de violence, pas dans celui des victimes.
Pour lire la suite, c’est ICI
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s