À quels seins se vouer ?


Depuis quelques temps se dévoile une affaire qui pourrait bien être l’une des plus grosses escroqueries sanitaires depuis l’affaire du sang contaminé. Je veux parler des prothèses mammaires PIP.

Il a fallu un premier décès des suites d’un cancer rarissime d’une porteuse de prothèse en fin d’année pour que le scandale se dévoile vraiment au grand jour. Des milliers de femmes ont été empoisonnées à leur insu, aux quatre coins du monde, par ces prothèses emplies d’un gel à la composition plus que douteuse (hier, on révèlait qu’il contenait -entre autre saloperie- un  additif pour carburant !).

Comment les autorités sanitaires ont-elles pu ignorer à quel point ces prothèses étaient frelatées ? Au moment du décès de la fin d’année, l’AFFSAPS n’a-t-elle pas encore affirmé (et elle continue de le faire) qu’il n’y avait aucun lien de causalité établi entre ce gel et le déclenchement de cancers chez les porteuses ? Certes, il pourrait être facile de prétendre que bon nombre d’opérées dans le cadre d’une reconstruction après mastectomie, peuvent développer un cancer plus aisément que les autres… Mais de là à en développer un qui soit rarissime ? J’ai de gros doutes !

J’ai entendu récemment une femme opérée, après trois cancers, pour une reconstruction. Elle avait expressément exigé de ne pas recevoir de prothèses PIP parce que mise en garde par une amie travaillant pour cette entreprise. Pourtant, l’hôpital les lui a imposées, sous argument qu’elles étaient moins chères. On ne peut que s’interroger, quand on sait que dans ces cas précis, la sécurité sociale prend en charge le remboursement intégral. Cette femme a osé une théorie qui fait frémir : « Pourquoi faire des frais, de toute façon elle n’amortira pas des prothèses de prix ! »

Voilà à quoi nous en sommes réduits ! Sous prétexte d’économies, la sécurité sociale va prendre en charge tous les retraits des implantées PIP, et toutes les reconstructions de patientes opérées initialement dans ce but. Où est l’économie ? Sans parler des pathologies qui pourront se déclarer a posteriori, liées aux fuites du gel empoisonné ! Pour les autres patientes, celles qui n’ont agit que par souci d’esthétisme, seuls des frais de retraits seront remboursés, si elles n’ont pas les moyens de financer une nouvelle implantation, elles resteront mutilées, mais avec la même épée de Damoclès que les autres quant à leur santé à venir ! C’est très cher payé pour avoir voulu être parfaites ! Beau fiasco…

Il ne m’appartient pas de faire le procès de la chirurgie esthétique. Mais si ce scandale pouvait amener à raisonner un peu moins en terme de glorification de l’image, ça serait une très bonne chose. Nous sommes dans une société où le paraître est roi, peu importe le prix à payer ! Apprenons à nous accepter, cela sera moins coûteux et surtout, nous n’y risquerons pas nos vies.

Quant à l’avenir de l’AFFSAPS, je le vois bien sombre. Cet organisme a déjà eu son image bien écornée par diverses affaires, dont la sinistre affaire du MEDIATOR, toujours pas close à ce jour. Quelle confiance peut-on encore accorder à un organisme qui a fait preuve d’autant d’incurie ?

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s