Mademoiselle a le blues


Le 21 février, une circulaire des services du Premier Ministre annonçait que les appellations « mademoiselle » et « nom d’épouse » allaient disparaître des formulaires administratifs car discriminatoires à l’égard des femmes. Peut-on considérer que cette décision est une victoire féministe ? Laissez-moi rire !

Tout d’abord, je pense qu’en matière d’égalité des droits entre hommes et femmes, s’il y avait des combats urgents à mener, ils étaient ailleurs : diminuer les inégalités salariales, faire appliquer réellement la parité hommes/femmes en politique, agir efficacement dans la prise en charge des violences faites aux femmes… S’attaquer à bras le corps à ces problèmes là (ne fusse qu’à un seul d’entre eux) aurait été alors d’utilité publique. Mais non… Descendre le « mademoiselle » semble beaucoup plus utile pour des féministes en fin de course qui, d’un autre côté, s’étonnent que les jeunes générations ne se reconnaissent pas dans leurs combats !

Ne serait-il pas plus utile de militer activement pour un accès libre, anonyme et gratuit à la contraception pour les jeunes filles mineures ? Je rappelle quand même qu’en France aujourd’hui, une mineure a accès à la pilule du lendemain et à l’IVG gratuitement, mais pas à la pilule ! Les chiffres des grossesses adolescentes tournent autour de 18 000 chaque année dans notre pays, ce qui n’est pas rien. Pour avoir une contraception, une jeune fille doit voir son médecin traitant et avoir une ordonnance, ce qui laisse des traces puisque les remboursements se font sur le compte de l’assuré social, soit celui du père ou de la mère. De plus, il n’est pas inutile de rappeler également que bon nombre des pilules de nouvelle génération ne sont pas du tout remboursées par la Sécurité Sociale.

Il me semble que si l’on faisait un sondage parmi les jeunes, on trouverait certainement beaucoup plus de personnes favorables à une action dans ce sens que dans la suppression du « mademoiselle » !

Et puis, peut-on vraiment se réjouir d’un appauvrissement de notre si belle langue ? Car s’il y a un effet collatéral, c’est bien de celui-ci qu’il s’agit. La prochaine étape sera laquelle ? Supprimer le « ma » de « madame », sous prétexte qu’il indique une notion de propriété ? Puisque l’on est dans le ridicule, alors allons-y jusqu’au bout…

Enfin, comme il est dit dans cet excellent article, n’est-il pas dangereux de voir se développer une société qui veut absolument tout régir, contrôler, lisser, « quitte à nier les plus belles années des femmes, les années mademoiselle… qui sont pourtant des années d’indépendance, d’autonomie et de liberté. Où est la cohérence de leur discours ? »

Je ne me reconnais pas dans ce combat-là. Dans les années 70, aux plus belles heures du féminisme vrai (et non pas d’opérette), ne s’est-on pas réjouit lorsque Valéry Giscard d’Estaing (dont la présidence ne marquera l’histoire que par l’abaissement de la majorité et la légalisation de l’IVG) introduisit le « mademoiselle » dans ses adresses aux français, saluant alors le grand progrès de cette innovation ?

Publicités

7 réflexions sur “Mademoiselle a le blues

  1. Yessss!!! Pas eu encore le temps d’écrire mon article a ce sujet, c’est gentil de l’avoir fait pour moi Isa !
    Bon, la semaine prochaine je suis en vacances, je développerais, et je vais Donc pas le faire ici mais je suis bien content de voir qu’il y a de vraies féministes qui trouvent ce combat ridicule, pendant un moment j’ai cru que j’étais devenu ringard!

    J'aime

    • J’attends avec impatience ton billet sur ce sujet Jeff. Je sens que je vais me régaler 😉 Non tu n’es pas ringard, ou alors on est un paquet à l’être ! Et puis quand je vois Bachelot chantre chancre de ce combat-là, la Bachelot des « chiennes de garde », j’avoue que je m’étouffe.

      J'aime

  2. Quelle ineptie! Je ne me reconnais pas non plus dans ce « pseudo combat » …. Il n’est en rien pour enrichir le statut des femmes dans ses diverses dimensions….. Et c’est oublier ce pourquoi des femmes se sont battues ne serait-ce pour que l’on leur reconnaisse le droit de disposer de leur « ventre ».(par ex).. En effet, Isa, en matière d’accès à la contraception des jeunes filles, il y a encore du chemin à parcourir.. et pourtant, la maturité sexuelle est reconnue dès l’âge de 15 ans… sacré paradoxe non?

    Et si j’ai envie que l’on m’appelle « mademoiselle » hein? Pour autant, ce terme permet justement d’aborder l’autre sans lui coller une étiquette quelconque… une forme de révérence joliment désuète mais combien respectueuse aussi de ces messieurs et…. une façon de permettre à l’autre justement de répondre « madame » si tel est son désir et qui fixe le statut qu’elle désire faire passer à l’autre…
    Pourquoi ne pas enlever les cases « mariée », « divorcée », en « union libre » etc etc… ?

    Appelez-moi mademoiselle svp

    J'aime

  3. je retiens surtout : faire enlever le ‘nom d’épouse » , je suis très heureuse de ça, déjà qu’il faille se dépouiller de son identité sous prétexte qu’on se marie m’énerve bien car c’est un peu comme si on se mettait sous la tutelle du mari. C’est pourquoi j’ai conservé mon nom de naissance même sur mes moyens de paiement, mais vous ne pouvez pas imaginer ce qu’il ‘a fallu batailler auprès de ma banque pour pouvoir le faire, alors que selon la loi, on est juste « autorisé » à prendre le nom de l’époux…Je ne suis pas en accord avec vous, il y a des symboles significatifs, et celui-ci, « nom d’épouse » à faire disparaître en est un ! et il y en a d’autres…par ex avez-vous remarqué que dans toute enquête ou sondage on demande « etes vous le chef de famille’ ? ça, en général ça me fait hurler…en 2012, cette question est surréaliste. Là, dans l’ affaire que vous évoquez, c’est sur des formulaires administratifs, et bien moi je trouve que c’est très bien ainsi, il n’est pas question d’enlever le mot mademoiselle des dicos ni du langage, il est question que l’administration ne se mêle pas de savoir si vous êtes demoiselle ou madame. Alors non, ce n’est en rien une victoire féministe Isabelle, vous avez raison, ni victoire,ni féministe, mais je trouve ça « normal’, voilà, car enfin demande-t-on à un homme de cocher une case s’il est demoiseau ?
    Sinon, j’aime beaucoup le mot « demoiselle » :))

    J'aime

    • Je suis d’accord avec vous Anne en ce qui concerne le nom d’épouse, qu’il m’apparaît plus approprié d’appeler nom d’usage, de même pour le nom de jeune fille qui n’est que le nom de naissance.

      L’appellation « chef de famille » est aussi plus que contestable.

      Certes, la disparition du « mademoiselle » concerne les documents administratifs, mais elle peut dériver dangereusement et devenir une généralité au nom de l’égalité des sexes et la peur de poursuites éventuelles pour sexisme.

      C’est fou ce que l’on peut s’escrimer sur la sémantique depuis quelques temps, au mépris des réels problèmes. Exit les « vieux », les « noirs » (rouges, jaunes ou verts d’ailleurs), les « sourds »… Heureusement, il nous reste encore les « cons » 🙂 D’ici peu, on sera obligés de dire « mal-comprenants » (petite touche d’humour finale)

      Et pendant ce temps, un certain parti affiche clairement dans son programme sa volonté de dérembourser l’IVG sans que personne n’en parle.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s