Les menottes et le radiateur – Alexandra Lapierre


Quatrième de couverture

Vous dînez chez des amis. La conversation roule sur la passion. On raconte une histoire : amour fou, menottes et radiateur… L’imagination de chacun s’enflamme. La plus torride reste à venir.

Choderlos de Laclos et Vivant Denon hantent ce jeu littéraire, aussi moderne que malicieux.

Un clin d’œil plein de légèreté et d’humour.

Mon avis

Avec ce livre, Alexandra Lapierre remet au goût du jour le roman épistolaire, présente l’échange (restreint, puisque l’une des deux n’intervient que très peu) entre deux amies, Suzie et Valentine,

Suzie est une française exilée à Rome pour son travail, et  entretient une relation dans laquelle elle s’ennuie,  avec celui qu’elle surnomme « l’Anglais ». A son amie, elle confie cet ennui, ses attentes, ses espoirs aussi lorsque lors d’un dîner entre célibataires, elle fait la connaissance de Giovanni. Aussitôt, naît dans son esprit l’idée de se servir de lui pour obliger enfin « l’Anglais » à se montrer plus fougueux et entreprenant avec elle.

Relativement classique comme idée, jusque-là. Sauf que… Rien ne se passe comme Suzie l’avait imaginé, jusqu’à la chute aussi inattendue que drôle. « Telle est prise qui croyait prendre ! », voilà quelle pourrait être la morale de savoureux volume. Seul regret : on aurait vraiment aimé savoir… L’auteur a fait preuve de sadisme à l’égard de ses lecteurs en clôturant son livre !

Un petit livre court mais très bien mené, au style plaisant et pétillant qui se lit avec plaisir et bonne humeur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s