Manifester oui, mais pas n’importe comment !


Dimanche, des milliers de personnes ont manifesté à Paris contre le mariage pour tous. De 300 000 à 1 300 000 personnes selon les chiffres évoqués, mon but n’est pas de polémiquer sur les chiffres ni même de les minimiser. Oui, il y avait beaucoup de monde, le débat n’est pas là.

Beaucoup de monde donc, des jeunes, des vieux, des familles… C’est ce dernier point qui fait naître chez moi l’indignation.

Rares sont les mouvements de très grande ampleur pour lesquels il n’y ait aucun débordement, à moins d’avoir un encadrement de cortège en béton, ce qui ne semble pas avoir été le cas dimanche. Et ce qui devait arriver arriva…

Toutes ces personnes ne semblent pas avoir eu connaissance des règles de base de n’importe quel rassemblement ou manifestation. Pour information, je vais les lister :

  • Un lieu de rassemblement et/ou un parcours doit être déposé et approuvé par la Préfecture. Une fois fixé, ON N’EN CHANGE PAS (que ça plaise ou non). Tout groupe de personnes qui s’aventure en dehors de la  zone déposée et autorisée s’expose à des frictions avec les forces de l’ordre.
  • Il est inutile et infantile de vouloir aller dialoguer avec les forces de l’ordre, elles ne sont pas là pour cela. Soit elles sont en prévention et resteront impassibles, soit elles reçoivent l’ordre de charger et alors mieux vaut ne pas se trouver à proximité car rien ne les arrêtera.
  • On adopte une tenue qui permettre une grande liberté de mouvement. Cela tombe sous le coin du bon sens, mais au vu des images il semble que ce ne soit pas évident pour tout le monde.

Mais surtout -et cela me met dans une colère noire- il est totalement INCONSCIENT de manifester avec des nourrissons, des enfants en poussette, ou plus largement avec ses enfants (à moins qu’ils ne soient au minimum adolescents). Aussi ai-je été choquée de lire les récits outrés de manifestants racontant avoir été victimes des gaz lacrymogènes alors qu’ils étaient avec des enfants en très bas âge, comme c’est le cas dans cet article où il est question d’enfants âgés de 2 mois à 4 ans. Ces gens si virulents contre le mariage pour tous et l’homoparentalité, si empressés d’exposer qu’ils agissent au nom de l’intérêt des enfants ne sont pas fichus de veiller à la sécurité de leurs propres enfants, voilà le constat que l’on peut faire.

Comme tout le monde, j’ai vu cette image d’un père, son fil juché sur ses épaules, aller à la rencontre des CRS pour parlementer, juste avant les lancers de gaz lacrymogène. Mais qu’espérait-il ? Attendrir les représentants de l’ordre ? Pour quiconque a une expérience même minime des manifestations, ce pourrait être risible si les risques encourus par le malheureux gamin n’étaient évidents. Un CRS n’a aucun état d’âme, il n’est pas payé pour cela.

Alors oui, tous ces gens hurlent aujourd’hui parce qu’ils ont été « maltraités ». Ne savent-ils donc pas que pour un CRS un manifestant en vaut un autre  ? Que l’étiquette politique n’a aucune importance pour lui, de même que le milieu social ?

N’ont-ils jamais eu connaissance des blessés par tirs tendus de flash-ball ? A ma connaissance, les flash-ball n’ont pas été utilisés dimanche.

N’ont-il jamais eu connaissance des méfaits des sinistres pelotons-voltigeurs (si chers à Pasqua lorsqu’il occupait la place Beauvau) lâchés face à des gamins  ?

Je ne leur ferai pas l’injure de croire qu’ils ne le savaient pas. Par contre, qu’ils aient le courage de dire qu’ils se pensaient, bien propres sur eux, accompagnés de leurs enfants, de leurs curés, de leurs élus et de leur bien-pensance, au-dessus de tout cela et par-là même pouvaient enfreindre les règles. La baston, c’est pour la racaille (au choix : gauchiste, bronzée, voire les deux) voyons !

Ces gens-là sont donc tombés de très haut, ils ont découvert que les règles étaient les mêmes pour tous… On apprend à tout âge, ce qui est triste ici, c’est que cet apprentissage se soit fait au mépris de la sécurité des plus faibles.

(Intéressant à partir de 2:19, les explications de Christine Boutin concernant les circonstances de l’usage des gaz lacrymogènes)

Publicités

Une réflexion sur “Manifester oui, mais pas n’importe comment !

  1. Si l’on autorise les homosexuels à se marier, ils vont avoir des enfants. C’est surtout que, on l’a dit, les homosexuels n’ont pas attendu une loi pour faire des enfants. Les faire, oui. Avec un ovule et un spermatozoïde. Et parfois même une position du missionnaire. Ces enfants d’homosexuels existent bel et bien, depuis des générations (comme le rappelait François Bayrou lors de la campagne présidentielle ). La plupart sont devenus des adultes, mais on a aussi des bébés, des petits garçons et des petites filles, des ados qui continuent à grandir, élevés par deux parents, mais avec un seul responsable légal officiel. À l’heure actuelle, la loi ne leur reconnaît pas leur deuxième parent, qu’il soit papa ou maman. Oui, la loi sur le mariage pour tous permettra à ce second parent d’adopter son propre enfant, comme, aujourd’hui, tout hétéro peut adopter l’enfant de son conjoint. Il n’est pourtant ni le père ni la mère de cet enfant. Et cela ne choque personne. En son temps, Jacques Demy adopta la fille d’Agnès Varda, Rosalie Varda-Demy.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s