Culture : Une dernière nouvelle numérique


Les Affiches de la Haute-Saône édition du 17 janvier 2014

N’ayant pu scanner l’article que Les Affiches de la Haute-Saône m’ont consacré aujourd’hui, j’en fais une retranscription ci-dessous. Je n’ai rien corrigé, les fautes sont d’origine ! Ah, il est loin le temps où la presse s’offrait les services de correcteurs sérieux… Les erreurs dans ma bibliographie ne sont pas de mon fait, puisque j’avais communiqué les bons éléments… Il convient donc de lire « 6ème oeuvre en ligne » et « 5 recueils collectifs ».

La Plancherote de 47 ans, Isabelle Lorédan, spécialisée dans les romans érotiques, s’est éloignée de ses habitudes avec son dernier ouvrage « Les Noces de la Saint-Jean », qui se déroule sur les hauteurs de Faucogney-et-la-Mer. Il s’agit de sa neuvième oeuvre éditée en ligne, après avoir participé à quatre recueil collectifs.

Comment êtes-vous arrivée dans l’écriture ?

J’ai fait des essais d’écriture dès l’âge de 20 ans, mais j’avais arrêté quand ma mère, en fouillant, les avait lus. J’ai toujours aimé écrire et, finalement, il y a une dizaine d’années, je me suis lancée dans un blog. J’ai envoyé plusieurs textes aux éditions Blanche et, après un premier  refus en 2008, ils ont finalement été acceptés en 2009. Je n’ai pas de contraintes d’écriture, j’écris quand l’idée s’impose, d’autant que je n’ai, pour l’instant, pas d’emploi à côté. Je lis beaucoup, et je suis inspirée par plein de choses : mes lecture, bien sûr, mais aussi des lieux -comme l’église qui a inspiré les Noces de la Saint-Jean-, le ressenti… Mais il y a toujours une part de moi dans ce que j’écris.

Est-ce un choix délibéré de moins aborder l »érotisme dans ce dernier ouvrage ?

Je me suis lancée dans la littérature érotique, parce que ça me semblais moins prétentieux et parce que je l’aime beaucoup. Ça me semblait plus facile, même si ça ne l’est pas. Et en même temps, c’était pour moi une forme de thérapie, ayant été une femme battue. J’apprenais à me redécouvrir, à m’aimer de nouveau. J’ai aussi écrit quelques contes et légendes de Franche-Comté, avec une vouivre, avec une dame verte, dans les mines à Ronchamp… Avec mon dernier ouvrage, j’ai justement voulu  me prouver que je pouvais écrire d’autres choses que de la littérature érotique. En plus, j’ai toujours été passionnée par l’histoire et la période de l’Inquisition. En faisant ma généalogie, j’ai découvert que j’avais des ancêtres originaires des Mille Étangs. J’ai eu envie de lier les deux, dans une oeuvre qui reste quand même assez sensuelle par moment.

Quels sont vos projets ?

J’ai beaucoup de choses en court. D’abord, une nouvelle érotique. Et un roman genre thriller, sur lequel je travaille depuis deux ans. Mais aussi un ouvrage historique, nouvelle ou pas, je ne sais pas encore, sur la guerre. J’aimerais aussi avoir la possibilité d’être éditée sur papier, autrement que dans des ouvrages collectifs, pour aller à la rencontre de mes lecteurs.

Télécharger la nouvelle sur http://www.harlequin.fr/collection/harlequin-hqn

Propos recueillis par Justine Lhabitant

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s