Et si les censeurs nous lâchaient la grappe ?


Depuis quelques temps, censure et commentaires outranciers n’en finissent pas d’envahir l’espace médiatique français.

117740-sade-au-musee-d-orsayTout d’abord, il y a la censure qui a frappé les utilisateurs de Facebook qui ont osé partager l’affiche de l’exposition Sade, attaquer le soleil, présentée au Musée d’Orsay depuis le 14 octobre dernier jusqu’au 25 janvier. Une surprise qui n’en est pas vraiment une puisque chacun sait que le réseau social est intraitable en matière d’image de seins/fesses/sexe (rayer la mention inutile) à tel point qu’il est impossible d’afficher certaines oeuvres d’art (que l’on se souvienne du sort qui avait été réservé à L’origine du monde de Gustave Courbet). Puritanisme anglo-saxon dirons-nous. Oui, bien sûr, mais il semble qu’ici, en France, on devienne pour le moins aussi pudibond.

Ce week-end, médias et réseaux sociaux se sont affolés autour de l’oeuvre d’un artiste américain, Paul Mac Carthy. A- l’occasion de la FIAC, une structure gonflable signée de l’artiste a été installée Place Vendôme, à proximité du Ministère de la Justice. Évidemment, il n’a échappé à personne que ce qui se revendiquait comme étant un sapin, ressemblait furieusement à un sex-toy anal géant. Après avoir été largement conspuée, l’oeuvre a finalement été vandalisée par un commando de saboteurs. L’artiste n’a pas voulu prendre le risque de la voir plus détériorée et a renoncé à sa réinstallation. Depuis quand l’art a besoin d’être consensuel pour exister ? N’est-ce pas finalement son rôle que de générer interrogations, discussions et débats ?

Que l’on apprécie ou pas certaines formes d’art leur interdit-elle tout droit d’exister ? Parce que finalement c’est la question qui se pose après cette affaire. En tout cas, on ne peut que partager l’étonnement dont à fait part Maître Eolas dans un tweet : « Je suis effaré de voir la quantité de réacs autoproclamés qui savent ce que c’est qu’un plug anal ».

affiche-expoziziPour terminer ce tour d’horizon de la pudibonderie française actuelle, je vous parlerai de l’exposition actuellement présentée à la Cité des Sciences, où Titeuf et le Zizi sexuel sont de retour depuis le 14 octobre et jusqu’au 2 août 2015. Cette expo tourne régulièrement depuis maintenant sept ans et n’a jamais, jusqu’à aujourd’hui, suscité le moindre problème. Mais ça, c’était avant ! Avant l’avènement de la Manif pour Tous, avant le tollé devant les ABCD de l’égalité et les accusations éhontées du collectif de Farida Belghoul. Quelques jours après le début de cette exposition à laquelle ont déjà assisté de nombreux scolaires, un collectif de parents d’élèves a lancé une pétition contre cet événement, réclamant le droit d’en refuser l’accès à leurs enfants sous des prétextes pour le moins aussi farfelus que ceux invoqués contre les précités ABCD… Pétition qui, au moment où j’écris, enregistre plus de 36 000 signatures (c’est dire le niveau de connerie de notre société !).

Alors que l’on s’indigne devant l’islamisme radical et les femmes en burqa (qui, en France, sont souvent des converties récentes qui sont dans la provocation), permettez que je m’indigne à titre personnel sur la burqa morale qu’une minorité d’excités du bulbe cherche à imposer à la majorité. Après l’expo, c’est le Guide du Zizi sexuel qu’ils voudront interdire, et puis quoi ? L’ensemble des ouvrages d’éducation sexuelle, ou médicaux (bah oui, il y a des planches anatomiques quand même) ? Régenter la façon qu’ont les filles de s’habiller ? Où est la différence entre nos réacs bien franchouillards et les intolérants que l’on montre du doigt sous d’autres latitudes avec d’autres religions ? Je n’en vois aucune, ils sont les deux faces d’une même médaille, les rangs des uns sont grossis par les actions des autres.
Mais lâchez-nous la grappe b….l de m…e !
Que chacun soit libre de faire ce qu’il veut, de voir (ou de ne pas voir) ce qu’il désire ! Je déteste cette France haineuse et repliée sur elle-même que l’on voit de plus en plus dans nos médias, elle bafoue chaque jour un peu plus ce qui a fait -et continue de faire- la grandeur de notre pays. Et bon sang, vous qui me lisez, mobilisez vos neurones devant certaines informations et ne vous comportez pas en veules suiveurs à la pensée moutonnière, ouvrez-vous, soyez curieux de tout

Parce qu’il n’y a que l’ignorance qui soit dangereuse, tant pour nous que pour nos enfants.

Publicités

7 réflexions sur “Et si les censeurs nous lâchaient la grappe ?

  1. Oh oui je me mobilise, et plutôt deux fois qu’une, face à cet obscurantisme qui se veut défenseur des « valeurs ».
    L’art a été de tout temps provocation et remue-méninges. Que les pisse froid nous laissent divaguer en paix !
    Mon épouse, face à cette sculpture, a vu un jouet pour enfant, une sorte de pion dans un jeu, et elle a peut-être raison. Qui sait ?
    Et si l’artiste a voulu bousculer les  » bien pensants », il a parfaitement réussi.

    Aimé par 1 personne

    • Il y a toujours de bonnes âmes qui veulent décider pour les autres au nom de principes à la con. Et en général, ce sont les premiers à faire l’inverse, mais en secret : l’HYPOCRISIE À L’ÉTAT PUR…

      J'aime

  2. Bonjour Isabelle,

    J’approuve sans réserves votre article que je viens de lire et sachant que moi aussi j’agonise les censeurs de tout poil, les apôtres de la  » morale officielle institutionnalisée  » résurgence des diktats de la pudibonderie judéo-chrétienne. J’ai moi-même été censuré à de nombreuses reprises, tant sur Facebook qu’ailleurs pour mes écrits, mes toiles ou mes dessins érotiques. L’intolérance, l’absence d’ouverture d’esprit et de largesse d’idées qui sévissent au sein de notre société à qui l’on demande d’être bien-pensante gagnent hélas du terrain dans les mentalités de nos chers concitoyens tout comme l’homophobie ou la xénophobie, les deux étant indissociables de la bêtise humaine.

    Cordialement

    Jean-Claude Fissoun

    Aimé par 1 personne

  3. Ceci dit Isabelle, ce que l’on peut voir comme plug anal est ici absolument laid , en plastoc, perso je n’y vois aucune dimension artistique, plutôt une farce potache. Et sur cette place dédiée à la bijouterie, on aurait pu s’attendre à un rosebud en verrerie, présenté par l’autre bout avec un petit diamant au Q…. Mais effectivement on peut tout aussi bien y voir un pion d’un jeu d’échec, un sapin de Noel….

    Aimé par 1 personne

    • Je n’ai jamais dit que je trouvais cela joli Anne 🙂 Mais il semble que l’artiste affectionne cette forme puisqu’on la retrouve en main d’un Père Noël dans l’expo qui lui est consacrée à la Monnaie de Paris (vu ce midi sur Canal). Et puis s’il fallait saboter tout ce que l’on trouve laid… 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s