Projet crocodiles censuré à Toulouse


C’est l’histoire du projet qui a mené à une BD. Ce projet, Thomas Mathieu l’a échafaudé pour dénoncer le sexisme et le harcèlement ordinaires dont sont victimes les femmes dans leur quotidien, et il devait avoir les honneurs d’une exposition à Toulouse, le 25 novembre 2014, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Mais c’était sans compter le puritanisme et l’état d’esprit réactionnaire de certains élus.

En effet, cette exposition a été annulée car les planches de dessins ont été jugées trop provocatrices, voire vulgaires. Est-ce réellement la façon dont le dessinateur dénonce des actes tels que la lesbophobie ou le viol conjugal qui est vulgaire et provocatrice ? Ce qui devrait provoquer l’indignation ne devrait-il pas être justement le fait que de tels actes soient monnaie courante dans notre société dite évoluée ?

Car Thomas Mathieu n’a rien inventé. Il s’est contenté de mettre en image et en texte des faits dénoncés par des victimes. Les témoignages lui ont été adressés par courriel ou sur sa page Facebook. Quel est donc le message envoyé par les élus toulousains à ces victimes ? « Taisez-vous donc, vous êtes provocantes et vulgaires ! » Difficile de faire plus cynique, vous en conviendrez. Comment dénoncer une horreur en étant bien correct dans son language et en prenant soin de bien lisser le propos pour ne heurter personne ? Quelle hypocrisie !

Le pire dans tout cela, c’est que ces élus tant choqués sont essentiellement des femmes. Des femmes qui, par leurs propos, renvoient leurs congénères à un mutisme dont elles estiment qu’elles n’auraient jamais du sortir. Des femmes qui, par leur bien-pensance, se font complices des violences qu’elles trouvent si vulgaires. Depuis quand d’ailleurs la violence est de bon goût ? Dans quel monde vivent-elles ?

Pour ne parler que du viol conjugal, on estime qu’il représente environ 30 % des viols subis par les femmes… Et pour mémoire, le viol entre conjoints (mariés ou non) est reconnu en France depuis 1990. Il constitue même une circonstance aggravante depuis 1994. Quand on sait qu’à l’heure actuelle, 10 % seulement des femmes victimes de viol osent porter plainte, il est aberrant que des élus viennent en rajouter une couche en estimant que la dénonciation artistique de tels actes est vulgaire et provocante.

Si vous voulez vous faire une idée du travail que Thomas Mathieu a réalisé, je vous invite à visiter son Tumblr, c’est ICI. Et si le cœur vous en dit, vous pouvez acquérir la BD, elle est disponible sur le site de FNAC, mais vous pouvez aussi la commander chez votre libraire.

Crocodiles1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s