Chronique du sexisme ordinaire


L’article que j’écris aujourd’hui, m’a été inspiré par des faits réels. Malheureusement, en 2015, certaines personnes n’ont guère évolué par rapport au comportement qu’elles estiment « normal » pour une/des femmes. Mais pour mieux comprendre, il faut replacer les choses dans leur contexte.

Etre femme et mère de famille pour certains, c’est renoncer à avoir une vie sociale et amoureuse. En effet, si vie sociale elle peut avoir, c’est en se tenant bien éloignée de tout homme (célibataire ou marié). Parce que, forcément, l’amitié homme/femme n’existe pas, et encore moins l’entraide qui, dans ce cas de figure, est forcément conditionnée à un paiement « en nature » de la part de cette femme, faisant d’elle au mieux une briseuse de ménage, au pire une putain. Et nul besoin de faits avérés, il suffit pour cela qu’elle parle à son voisin ou, pire, qu’elle lui offre un café ! Si en plus, cette femme vient à retrouver l’amour, les mêmes n’hésiteront pas à parler des hommes (hé oui, le chéri plus les voisins, plus les pères des copains des enfants, n’est-ce pas, c’est déjà de la polyandrie ?) qu’elle reçoit en occasionnellement et qui outragent leur bien-pensance venimeuse. Pour eux, les faits sont là, sans aucun doute possible. Parce qu’il est bien connu que chez ces gens-là, on ne doute pas monsieur, on ne doute pas… On juge !

Et comme ils estiment, du fond de leurs certitudes doublées de christianisme crétinisme, qu’au vu du pré-supposé comportement de cette femme, ses enfants sont forcément en danger, on n’hésite pas à dénoncer… Dénoncer quoi ? Peu importe que rien ne soit réel -tout au plus des suppositions nées au fond de l’esprit tordu de gens qui n’ont rien d’autre à faire- ils se doivent de faire quelque chose !

Mais ces mêmes gens étaient où lorsque l’ex-conjoint de leur voisine hurlait si fort après elle et ses enfants que tout le quartier l’entendait ? A ce moment-là, quel souci avaient-ils de la sécurité desdits enfants ? Pour le reste, je suppose que la sécurité de la mère était le cadet de leurs soucis… Après tout, elle avait peut-être bien cherché ce qui lui arrivait ! Pas de quoi se mêler des affaires des autres pour si peu ! Surtout ne pas s’attaquer à quelqu’un de violent, potentiellement dangereux pour leurs petites personnes. Alors qu’une fois l’individu parti, c’était quand même plus facile de surveiller l’éventuelle pécheresse ! Ils projettent alors sur elle leurs fantasmes doublés de moralisme à deux balles et hop… La machine est lancée. Peu importe qu’elle et ses enfants aillent beaucoup mieux… C’est même forcément suspect !

[…] chez la femme il y a, au départ, un conflit entre son existence autonome et son « être-autre » ; on lui apprend que pour plaire il faut chercher à plaire, il faut se faire objet ; elle doit donc renoncer à son autonomie. On la traite comme une poupée vivante et on lui refuse la liberté ; ainsi se noue un cercle vicieux ; car moins elle exercera sa liberté pour comprendre, saisir et découvrir le monde qui l’entoure, moins elle trouvera en lui de ressources, moins elle osera s’affirmer comme sujet […].
Simone de Beauvoir – Le Deuxième Sexe Tome 2 – Editions Gallimard – Collection Folio

Mais bordel, une femme qui se retrouve seule avec ses enfants est-elle condamnée à tirer un trait sur sa vie de femme ? Cela n’est pas sans rappeler ses femmes répudiées ou veuves de l’ancien régime, qui n’avaient d’autre issue que d’entrer au couvent, comme si leur féminité cessait du moment où elles n’étaient plus « propriété » d’un homme. Dans l’esprit de certaines personnes et au XXIème siècle, rien n’a changé ! Il ne leur vient même pas à l’idée de se dire que l’on peut être à la fois une femme épanouie et une bonne mère. C’est trop pour leur petite capacité de réflexion !

Quand je vois tout ça, je me demande vraiment ce qui peut circuler sur mon compte sans que je ne le sache. Bon ok, je ne suis pas célibataire, juste la pornographe de la région, ce qui doit largement être considéré comme criminel par certains… Si j’utilise ce terme à mon propos, ce n’est pas innocent, c’est dans le but de couper l’herbe sous les pieds d’éventuels détracteurs. Il y a longtemps que j’ai compris que la meilleure arme face aux imbéciles, c’est l’auto-dérision. Aussi je surjoue, j’en rajoute… Et surtout, j’assume complètement. Parce que je suis un être doué de conscience, de réflexion et de décision, ce qui n’est pas incompatible avec le statu de femme.

Alors non !

Une femme n’est pas condamnée à n’être qu’une mère…

Une femme n’est pas censée ne pas être capable de décider seule ce qui est bon pour elle (cela vise les délais de réflexion imposés avant une IVG ou les refus des médecins face à une demande de stérilisation définitive venant d’une femme ne désirant pas d’enfant quand, de part la loi, elle en a tout à fait le droit).

Une femme existe autrement que par « l’appartenance » à un mâle

Et pour terminer, des enfants seront toujours plus épanouis et heureux avec une mère équilibrée plutôt qu’avec une mère frustrée et aigrie.

Ce qui me fait hurler c’est que toutes ces choses que l’on reproche aux femmes, il ne viendrait à l’idée de personne de les reprocher aux hommes ! Bien au contraire… Là où la femme qui a des amis masculins (forcément ses amants) est taxée de pute, l’homme est lui considéré comme un Don Juan. Il y en a vraiment ras la casquette de ce sexisme de bas étage !

Alors lâchez-nous la grappe et occupez-vous plutôt de vos fesses. Nous autres, femmes, sommes bien assez grandes pour s’occuper des nôtres seules et en toute connaissance de cause. Ne vous en déplaise, aujourd’hui les femmes ne sont plus considérées par la loi  comme « incapables » depuis déjà quelques décennies. Elles sont aptes à gérer leur vie, leur corps, leurs désirs et leur plaisir. Leur dénier cela relève pour moi du même processus de négation de leur humanité que de leur infliger le port de la burqa. Un genre de burqa morale dont personne ne s’offusque. Parce que, comme je l’ai écrit ailleurs, il est toujours plus facile de dénoncer la paille dans l’œil du voisin que la poutre qui est dans le nôtre…

Publicités

Une réflexion sur “Chronique du sexisme ordinaire

  1. Bonjour,

    Votre article est à mes yeux on ne peut plus pertinent ! Je suis éditrice de livres érotiques biographiques et je reçois mon lot quotidien d’insultes résolument sexistes. De la part de qui ? Et bien en très grande majorité de femmes ! Que me reprochent-t-elles ? De salir l’image de la gent féminine en favorisant le témoignage publique de femmes « trop » libres ( sexuellement en l’occurrence ) !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s