Psychogénéalogie et connaissance de soi


Lorsque je suis devenue mère, j’ai ressenti le besoin de me pencher sur l’histoire de ma famille. Certes, il y avait le motif de transmettre à mon fils les racines qui étaient les siennes, mais il y avait également un autre motif, beaucoup plus personnel. Je savais qu’il y avait des zones d’ombre qui m’empêchaient de m’épanouir et si je voulais les vaincre, il me fallait les identifier.

Ce travail, je l’ai fait assez rapidement, car la branche concernée n’avait pas beaucoup bougé géographiquement parlant. Peu à peu, ces zones inconnues me sont apparues et j’ai pu mettre en évidence des faits qui expliquaient beaucoup de choses. Comme l’histoire tragique de cet enfant que ma grand-mère avait eu, durant la guerre de 14/18, né de père inconnu. Mais en quoi cette histoire (plus ou moins connue de ma propre mère, qui m’avoua avoir vu, lorsqu’elle était enfant, un portrait de petit garçon dans la chambre de ma grand-mère, sans pour autant savoir qui il était) pouvait avoir eu des incidences sur ma propre vie ? Si la psychogénéalogie m’avait donné certaines réponses, je n’avais pour autant pas tout élucidé.

Mardi dernier, j’ai rencontré une journaliste de L’Est Républicain pour un entretien qui portait sur mon livre Les Bleus au corps et sa nomination parmi les quatre finalistes au Prix Littéraire de la ville de Belfort. Bien sûr, nous avons parlé de mon ex-compagnon et de sa violence, mais ce qui l’avait le plus saisie, c’était le comportement de ma propre mère avec moi. Et la question qui resta sans réponse : Pourquoi le fait d’avoir des filles lui posait donc autant de problème et au delà d’elle, pourquoi ma mère ne s’aimait-elle pas -car au final, le drame de sa vie était bien là ?

Quelques minutes après, la réponse m’est apparue comme une évidence, alors que cela faisait des années que je butais dessus. Tout simplement parce que ma mère, née fille et second enfant de ma grand-mère, n’avait jamais pu remplacer ce fils décédé… Sans rien savoir, depuis son plus jeune âge, elle tentait de rivaliser avec un fantôme, sans jamais y parvenir. Attention, cela ne veut pas dire que ma grand-mère ait moins aimé ses deux filles que ce fils disparu, je ne pense pas que cela ait jamais été le cas. Mais tout simplement que la blessure profonde de cette perte immense ne s’était jamais vraiment refermée -se remet-on d’ailleurs jamais de la mort d’un enfant ?-, que le silence, les non-dits et le secret qu’elle s’était imposés, avaient laissé le champ libre à des interprétations faciles et erronées qui se sont ancrées dans la personnalité de ma mère qui, il faut bien le dire, n’ayant pas une estime d’elle-même très élevée, a transmis cela à ma sœur et moi. La dernière pièce du puzzle venait de trouver enfin sa place, me permettant d’avoir enfin une vision complète et relativement juste de l’ensemble de l’histoire familiale maternelle.

J’avais déjà en projet de raconter l’histoire romancée de ma grand-mère et de ce fils, aujourd’hui je pense que j’ai de quoi en faire quelque chose de beaucoup plus vaste, qui irait explorer les dégâts causés par les secrets de famille. Peut-être parce que je sentais cela et que c’est ce qui m’a retenue de m’y atteler plus tôt. Bref, il me reste a organiser tous ces matériaux pour en faire quelque chose de cohérent et de littéraire. En attendant, j’ai enfin trouver les réponses à toutes mes questions, et cela n’a vraiment pas de prix. 🙂

Publicités

Une réflexion sur “Psychogénéalogie et connaissance de soi

  1. ah, la psychogénéalogie…. une merveille à explorer pour comprendre nos émotions, nos blocages et nos incapacités après tous les secrets de famille soigneusement cachés pour faire croire que………
    Bravo à vous de vous y attarder……..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s