Après l’horreur


Vendredi soir, la barbarie a frappé au cœur de Paris. Comme beaucoup, je me suis retrouvée sidérée devant ma télé, atterrée au fur et à mesure que les premiers bilans des attentats étaient annoncés, que les faits en cours étaient exposés. J’ai pensé à mes amis -virtuels ou pas- parisiens dont je n’avais pas de nouvelles via le net, aux forces de police qui ont agi de façon exemplaire de rapidité et d’efficacité, aux personnels de secours mobilisés tant sur le terrain qu’en centres hospitaliers, qui ont eu à faire face à une situation de crise inédite à ce jour… J’ai eu également une grosse pensée pour tous ces réfugiés qui ont fuit leurs pays pour échapper à l’horreur et qui se voient aujourd’hui rattrapés par elle ici, en Europe, en pleine ville lumière.

Samedi, je me suis réveillée comme après un cauchemar, seulement voilà, c’est la réalité qui était devenue un cauchemar duquel il était impossible de se réveiller. Les nouvelles étaient terribles. Tant de morts innocents, tant de blessés dont le pronostic vital étaient engagés, tant de chaos dans les rues de la capitale. Paris dans un état d’après-guerre affichaient certains de mes contacts parisiens. Tout comme ce fut le cas à Beyrouth il y a quelque temps, Sousse il y a quelques mois… Comme c’est le cas chaque jour au Moyen-Orient. Nous ne pouvons pas fermer les yeux plus longtemps et admettre enfin que cette peste qui frappe ces pays lointains et que l’on observe aux infos, entre la poire et le fromage, avec distance, en reprochant à ceux qui la fuient d’être des lâches qui refusent de se battre, frappe aujourd’hui sur notre sol.

Les discours ignobles recommencent à se répandre, comme au lendemain des attentats de janvier 2015. Mais la différence, c’est que l’unité nationale aujourd’hui ne se fait pas… Pensez donc, à la veille d’une échéance électorale, l’occasion est trop belle de politiser ce drame, d’essayer d’en tirer profit ! Entendre un ancien président dont les décisions ont contribué à affaiblir l’Etat (réduction des effectifs de police, suppression de la police de proximité, affaiblissement du renseignement, intervention armée en Libye…) accuser sans aucune honte, entendre Marine Le Pen -qui, soit dit en passant doit se frotter les mains de ce carnage- réclamer l’expulsion des « migrants », le rétablissement de la peine de mort et autres joyeusetés m’ont filé la gerbe.

Et les internautes lambda, analystes de mes deux aux discours dignes des brèves de comptoir, se sont lâchés -et continuent- sur les réseaux sociaux. Comment expliquer à des imbéciles que la peine de mort contre des gens qui n’hésitent pas à se faire exploser, est un non-sens ? Comment convaincre que les Zemmour ou autre Soral n’ont aucune réponse aux problèmes actuels puisque, par leurs discours et leurs actes, ils ne font que nourrir la haine des autres, tout comme les fous islamistes qu’ils disent combattre. Mais si demain ces derniers disparaissaient, ces tristes sires n’auraient plus de raison d’être et seraient évacués également dans le siphon de l’histoire… Penser que ces extrêmistes dangereux sont une solution revient à penser que la meilleure contraception est la sodomie -ce n’est pas de moi, mais je trouve la comparaison assez juste, c’est pourquoi je la reprends.

DAESH n’est en rien représentatif des musulmans, et n’oublions jamais que les premières victimes de ces fous furieux sont musulmanes. Vendredi soir, les terroristes ont visé aveuglément des personnes sans aucune distinction de race, de religion, de culture. La brasserie « Le Carillon » est propriété d’une famille de confession musulmane ; combien de morts et de blessés le sont également ? Et parmi les personnels de soin qui ont pris en charge les victimes, je pense que toutes les confessions étaient représentées, tout comme dans les forces de l’ordre qui ont donné l’assaut au Bataclan, qui ont traqué -et continuent de le faire- les terroristes afin de les mettre hors d’état de nuire. Tous ces gens sont exemplaires dans leur dévouement aux autres, dans leur amour de leur pays. Beaucoup plus en tout cas que ces penseurs à deux balles qui font de la philosophie de bazar sur Facebook. Beaucoup plus que ces profiteurs qui ne savent que distiller la haine et la peur, parce que la division est bonne pour leur fond de commerce misérable. Ces soi-disant « bons français », descendants de mouvements très démocratiques tels que L’Action Française ou autre Cagoule, représentants d’une France rancie et haineuse qui n’est en rien compatible avec les valeurs de la France des Lumières dont les rayonnements sont internationaux.

Nous ne devons pas transiger avec nos valeurs, qui sont celles de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité. Aimer son pays, ce n’est pas tomber dans une démarche identitaire, ce n’est pas jeter l’autre parce qu’il est différent, bien au contraire. Ce que nous devons voir aujourd’hui, c’est qui est Humain et qui ne l’est pas. Parce qu’au-delà des frontières, nous sommes tous habitants d’une même planète, nous sommes tous frères de l’espèce humaine. Alors aujourd’hui, conduisons-nous comme tels, tendons la main aux gens de bonne volonté pour faire face à la barbarie, restons unis et solidaires -toutes communautés confondues. C’est à ce prix seulement que nous pourrons faire face à la bête qui nous a frappés.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s