Sauvons Les Mots Doubs


La nouvelle est tombée vendredi 26 février, après que les hôteliers de la ville de Besançon aient vu leurs réservations en vue du Festival du Livre Les Mots Doubs -prévu en septembre prochain- annulées : il n’y aura pas de festival cette année, sur décision du Conseil Départemental du Doubs nouvellement élu.

Autant dire que cette nouvelle a fait l’effet d’une bombe, tant chez les libraires et acteurs culturels de Franche-Comté, que des professionnels du tourisme et de la restauration bisontins. Trop chère, dit-on du côté du Conseil Départemental, arguant qu’une manifestation à 500 000 euros n’est pas dans son budget. Or, la culture passe en compétence régionale ! On s’étonne donc qu’avant de prendre une décision aussi lourde de conséquence, les choses n’aient pas été discutées au niveau des différents partenaires : conseil Départemental, Régional et également ville de Besançon… Le couperet est tombé sans procès, sans défense…

Le comique de l’affaire arrive quand on lit qu’il a été envisagé de délocaliser le festival sur le site des Salines d’Arc-et-Senans. Là, on se dit que les personnes qui ont pensé à cette idée fumeuse connaissent bien l’organisation d’un tel événement… Pas d’hôtels, pas de gare, un site superbe certes, mais perdu au milieu de la campagne. Ingérable au niveau de l’accueil des auteurs, des libraires…

Besançon est une ville de lettres  par excellence, elle qui a vu naître Victor Hugo, Proudhon, Tristan Bernard. A ce titre, elle mérite de plein droit d’avoir un salon du livre d’envergure (Les Mots Doubs était le 6ème salon de France et accueillait chaque année quelque 200 auteurs -même si on peut déplorer que les auteurs locaux aient vu chaque année leur participation se réduire à peau de chagrin).

Enfin, si l’on accepte sans broncher cette disparition, au nom de sacro-saintes économies -notez bien que c’est toujours sur le dos de la culture qu’elles sont faites, c’est quand même symptomatique de quelque chose-, on ouvrira la porte à bien d’autres choses.

  • Qu’en sera-t-il des budgets des médiathèques départementales de prêt (celles qui envoient des bibliobus dans les villages, qui prêtent aux médiathèques municipales pour enrichir leurs fonds) ?
  • Qu’en sera-t-il des budgets des médiathèques municipales, petites ou grandes ?
  • Est-il acceptable de voir saccager un accès large et populaire à la culture ?

Une page Facebook « Il faut sauver les Mots Doubs » a été créée et est déjà soutenue par de nombreuses personnes (auteurs, éditeurs, mais aussi lecteurs attachés à cette manifestation) et une pétition a été lancée ICI 

Je vous invite à liker la page et signer la pétition, afin d’essayer d’infléchir cette décision ou, à défaut, de peser pour qu’il y ait à nouveau, en 2017, un grand festival du livre dans la capitale comtoise. Parce que l’union fait la force et qu’il ne peut pas être dit que nous ne nous sommes pas battus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s