Le Corbusier : œuvres inscrites au Patrimoine Mondial de l’Humanité !


Ce week-end aurait du être festif dans la Communauté de Communes Rahin et Chérimont (CCRC), et plus particulièrement à Ronchamp, puisque l’ex-cité minière est surplombée par la Chapelle Notre-Dame-du-Haut, oeuvre majeure signée par l’architecte franco-suisse Le Corbusier, et que cette dernière faisait partie des 17 sites en lice pour une inscription groupée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Benoît Cornu, Président de l’association des sites Le Corbusier, était parti —avec une délégation française— à Istanbul dès vendredi, afin de suivre les délibération du 40ème Comité du Patrimoine Mondial, et il était prévu qu’en cas de victoire, les cloches de tous les édifices de la CCRC sonnent à la volée pour annoncer la bonne nouvelle aux habitants.

Mais c’était sans compter sur l’actualité tragique de cette fin de semaine. Dès vendredi, après l’attentat sanglant de Nice qui vit périr 84 personnes, il avait décidé qu’en solidarité avec les victimes, les cloches ne sonneraient pas. Et samedi matin, c’est la tentative de coup d’état en Turquie qui a stoppé les travaux de la commission. Benoît Cornu a pu faire passer des nouvelles rassurantes via Facebook, indiquant être en sécurité à l’hôtel. Dès samedi soir, il indiquait que le comité reprendrait ses délibérations le dimanche matin, en accéléré.

C’est donc dimanche 17 juillet, peu après 10 heures, que la bonne nouvelle est enfin tombée : la chapelle de Ronchamp et les 16 autres sites de Le Corbusier, étaient bel et bien inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité.

La longue route vers l’inscription

Cette décision de l’UNESCO vient couronner un travail de longue haleine. En effet, c’est en 2002 que fut évoquée pour la première fois la possibilité que la chapelle ronchampoise soit candidate à cette inscription prestigieuse, ce qui a été le cas en 2008, avec une première candidature collective regroupant 22 sites, et qui s’est soldée par un échec. Mais il en fallait plus pour décourager les amoureux de l’oeuvre de Le Corbusier. Forts de cette première expérience, l’association de L’Œuvre Notre-Dame-du-Haut, Benoît Cornu, les élus de la communauté de communes et du département de la Haute-Saône ainsi que les bénévoles et salariés de l’Office du Tourisme de Ronchamp ont travaillé de concert avec leurs homologues étrangers à un nouveau dossier de candidature , prenant en compte des préconisations de l’organisme international. Là encore, ce fut un échec, le Comité du Patrimoine Mondial recommandant de différer la décision d’inscription de l’oeuvre de Le Corbusier à une prochaine session.

Benoît Cornu l’avait annoncé dès le dépôt de cette troisième candidature en 2015, celle-ci serait la dernière et tant pis si ce troisième essai n’était pas transformé. Cependant, tout avait été fait pour qu’il le soit, tant au niveau local (comcom, département, région, auxquels est venu s’ajouter le soutien total du Ministère de la Culture). Cette réussite est donc un peu la sienne, mais aussi celle de toutes celles et ceux qui ont travaillé sans relâche pour la réussite de ce projet.

Quel avenir pour Ronchamp et ses environs ?

Cette inscription internationale prestigieuse marque le début d’une nouvelle ère pour cette zone des Vosges Saônoises, qui bénéficie déjà de l’aura apportée par la Planche-des-belles-filles, depuis que le Tour de France l’a fait entrer dans la cour des grands en 2012. Après s’être inscrite comme une terre sportive, la Haute-Saône peut désormais s’enorgueillir d’être également une terre de culture et de patrimoine.

Aujourd’hui débute donc une nouvelle aventure, car il reste à développer l’accueil touristique sur le territoire de la CCRC : structures hôtelières, infrastructures de transport —déjà amorcées avec la mise en place début juillet, d’une navette qui permet aux touristes de naviguer entre les différents sites touristiques de Ronchamp* et Champagney*, voire La Planche-des-belles-filles le week-end—, espaces culturels et sportifs —en cours de finition sur le chantier de La Filature et dont beaucoup ne comprenaient pas l’utilité jusqu’à ce jour—, etc.

Tout cela a été rappelé par les différents intervenants et élus présents ce matin à la Chapelle de Le Corbusier, pour une conférence de presse. Tous ont confirmé leur engagement à venir pour faire de ce label, le fer de lance de l’économie de toute la vallée du Rahin, voire du Nord Franche-Comté.

Pour célébrer cette inscription tant attendue, une soirée de festivités aura lieu le vendredi 22 juillet à Ronchamp. Après une montée à pieds (par le chemin de croix) vers la Chapelle dès 19h, un lâcher de ballons aura lieu au pied de l’édifice à 20h30. Je ne manquerai pas de communiquer les détails de cette soirée dès que j’en aurai connaissance.

A noter qu’un « Pass’Partout » a été mis en place pour le prix de 11 euros (5 euros pour les enfants). Il offre l’accès aux trois sites touristiques de la CCRC (Chapelle ND du Haut, Musée de la Mine, Maison de la Négritude), la gratuité de la navette ainsi que des avantages chez certains partenaires. Il est disponible à l’Office du Tourisme de Ronchamp.

Pour les habitants de la communauté de communes Rahin et Chérimont, l’accès à Notre-Dame-du-Haut est gratuit sur présentation d’un justificatif de domicile.

* Notre-Dame-du-Haut et Musée de la Mine Marcel Mauliny (Ronchamp) – Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme (Champagney)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s