La maladie Zemmour


Elle court, elle court
La maladie Zemmour
Dans le coeur des céfrans
De sept à soixante dix-sept ans
Elle ment, elle ment
Par les mots indigents
Que vomissent à l’envi
Les cheveux blonds des vert-de-gris


Elle fait hurler les hommes, et verdir de colère
Elle fait surtout souffrir, quand on s’appelle Amir
Elle fait vomir les femmes, elle fait grandir la haine
Et le plus malheureux, elle nourrit le RN

Elle court, elle court
La maladie Zemmour
Dans le coeur des céfrans
De sept à soixante dix-sept ans
Elle ment, elle ment
Par les mots indigents
Que vomissent à l’envi
Les cheveux blonds des vert-de-gris


Elle surprend l’ouvrière, dans le téléviseur
Elle foudroie dans le poste, ce qui n’est pas de souche
Par la verve virulente, du péquin aboyeur
Et qui sort tant et plus, de l’égoût de sa bouche.

Elle court, elle court
La maladie Zemmour
Dans le coeur des céfrans
De sept à soixante dix-sept ans
Elle ment, elle ment
Par les mots indigents
Que vomissent à l’envi
Les cheveux blonds des vert-de-gris


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :