Chatastrophes en chaîne


Bonjour c’est Nikita. Pfiouu, y’a longtemps qu’j’ai pas écrit mais franchement avec tout c’qui s’passe, j’peux plus m’taire.

J’vous zavais dit qu’le jeune déplumé il avait ach’té un engin d’la mort qui pue et fait un bruit qu’on dirait qu’il sort tout droit des zenfers… Ben v’la t’y pas qu’il s’est vautré avec… L’a voulu jouer à motard ninja, et hop… À plat ventre sur l’macadam il a fait. C’est pas un chat, l’est pas r’tombé sur ses pattes ! Bon, l’a rien d’cassé à part son engin qu’est parti dans un truc qu’il appelle « garage ». Tu m’étonnes qu’il est garé l’truc qui pue ! Au moins, l’est pas garé dans MA grange, c’est d’jà ça. Y s’fait du souci car il sait pas s’il pourra être réparé. J’espère quand même pour lui parc’qu’il l’a pas d’puis si tant d’temps et qu’ça s’rait ballot.

Sinon, comme si une calamité n’était pas suffisante, c’est l’temps qui déraille complètement. En cette saison, l’Breton et mouâ on devrait pouvoir s’ébattre tranquillement au soleil, s’dorer la couenne, profiter de l’herbe tendre et sèche… Mais que j’t’en fiche ! Y’a rien qui va c’t’année… D’la pluie, un bruit d’Enfer qu’on dirait qu’tout va nous tomber d’ssus… Il a tonné c’matin, j’ai cru qu’ç’était la fin du monde. Hop, j’me suis rentrée en vitesse et ai couru m’cacher – dites le pas, j’ai une réputation à défendre. Si ça s’avait j’m’en r’mettrais pas ! C’est là qu’j’ai entendu Pôpa et Môman qui disaient qu’à Machin Bière (Kronembourg?), il avait si tant grêlé qu’les chasse-neige étaient r’ssortis pour dégager les rues. Le 29 juin… Les chasse-neige ! Ça vous cause ? Mouâ j’arrive pas à comprendre. J’ai vue les zimages, c’est une vraie chatastrophe j’vous dis. C’est bien simple, y s’rait tombé ça ici, j’aurais été ensevelie et on m’aurait jamais r’trouvée pissétout. On aurait mis une plaque « Ici a disparu Nikita, première écrivaine féline, disparue sous la grêle. On ne l’a jamais r’vue. » Du coup, avec ma fin tragique, mes livres se s’rait vendus comme des p’tits pains, ça aurait été la gloire ! elle dit Môman. Bon vous savez quoi ? Ben j’préfère qu’ma gloire elle attende un peu.

En tout cas pendant qu’y’avait l’déluge, mouâ j’attendais l’Breton, pour pouvoir monter dans l’Arche ! Bah oui, c’est qu’pour les couples c’machin-là, un peu comme la croisière s’amuse… Ben pas d’Breton à l’horizon, on savait pas où c’qu’il était l’bestiaux ! Ç’aurait été la fin du monde, l’espèce aurait été en danger… J’y ai passé un savon monstreux lorsqu’il est rentré, tout sec et pimpant, décontacté. Il avait dû s’mettre à l’abri. C’est fourbe comme tout c’t’engeance-là, mouâ j’vous l’dis ! Il comprenait même pas pourquoi j’m’étais zinquiétée. En plus, y s’est foutu d’mouâ. Sauver l’espèce ? T’es bête ou quoi, qu’il a dit en s’tordant d’rire. Où t’as vu qu’un chat chastré ça f’sait des p’tits ? J’étais vexée… J’savais pas qu’il était chastré mouâ, j’sais même pas c’que ça veut dire… Ça parlait pas d’ça dans l’histoire de Noé et d’son zoo flottant.

L’pire dans tout ça, c’est qu’toutes ces chatastrophes de c’matin, ben c’est d’la faute des deux pattes qui font n’importe quoi. Et que j’construis partout, et que j’mets du macadam partout, et que j’pollue, et patin couffin… À un moment, la nature elle en a marre et elle dit STOP ! J’ai vu c’soir aux zinfos qu’y a des coins où il pleut même plus du tout, c’est si tant sec qu’plus rien n’pousse et les zhumains z’ont si tant plus rien à manger qu’ils mangent du cuir. Comme dans l’si tant beau film d’Charlot où il suce les clous d’ses chaussures. Si si, j’vous jure qu’c’est vrai ! C’qu’y est ballot, c’est qu’ils montrent ça quand c’est l’heure d’manger chez nous. Môman elle a dit qu’c’est indécent. J’sais pas où elle veut descendre mais j’crois qu’elle a raison.

R’connaissez qu’ça valait l’coup que j’sorte d’mon silence hein, avec tout ça… Beaucoup d’émotions pour mon coeur de p’tit chat. J’en ai gros sur la patate mouâ j’vous l’dis. J’vais zessayé d’dormir et d’pas faire d’cauchemar, ça va être dur. J’frémis d’horreur rien qu’à l’idée qu’mon déplumé, il aurait pu être noyé avec sa moto. Waouh, vous vous rendez compte ? L’homme à la moto emporté par la houle, qui le traîne et l’entraîne… J’en piaffe !

Allez zou, j’suis partie ! À la prochaine.

1 réflexion sur « Chatastrophes en chaîne »

  1. Tu as un fan de plus, Nikita ! Cricri a adoré ton post ! Il a rigolé tout du long ! Et il dit que tu as beaucoup de talent et qu’ça aurait été dommage de perdre une écrivaine comme toi enterrée sous la grêle. Et je suis tout à fait d’accord avec lui, vu que je suis une fan inconditionnelle depuis toujours.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close