Lectures amoureuses à la médiathèque de Plancher-Bas


Le vendredi 12 février à 20 heures, la médiathèque de Plancher-Bas fera sa première ouverture pour une nocturne, à l’occasion de la Saint-Valentin. A cet effet, elle proposera au public (adulte) des lectures amoureuses.

L’amour sous toute ses formes sera donc mis à l’honneur, que ce soit au travers de la littérature jeunesse, de la poésie et prose classique que des nouvelles et romans contemporains. Seront au programme : Marguerite Duras, Charles Baudelaire, Boris Vian, Anaïs Nin, Henri Miller, et quelques autres. Je ne vais pas tout dévoiler (d’autant que le programme est encore en cours d’élaboration), il faut garder des surprises…

Et comme l’amour rime aussi avec la gourmandise, gâteaux et chocolats devraient également être de la fête. Alors si je n’ai qu’un conseil à vous donner, réservez d’ores et déjà votre soirée pour venir nous retrouver. Un  événement Facebook a été créé, vous pouvez vous inscrire (pas obligatoire, mais pratique pour nous afin d’évaluer combien de participants nous aurons). Si vous n’avez pas de compte facebook, vous pouvez me signaler votre participation en m’envoyant un mail via le formulaire de contact de ce blog.

Enfin, la médiathèque s’est fait une beauté et affiche des décorations spécifiques pour la St Valentin. L’amour se décline au travers de petits textes à lire, aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur, sur place ou à emporter.

La médiathèque de Plancher-Bas se trouve au sous-sol de la salle Georges Brassens, 40 rue Louis Pergaud.

Bien évidemment, la participation à cette soirée est totalement GRATUITE.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Journées du patrimoine – Compte-rendu


Ronchamp - Bonne mine pour le patrimoine ! 2Le week-end dernier ont eu lieu les Journées Européennes du Patrimoine. Pour l’occasion, le Musée de la Mine de Ronchamp m’a accueillie pour y faire des lectures publiques de l’une de mes nouvelles.

Cela c’est très bien passé, et nous avons vu défiler plus de 150 visiteurs/auditeurs sur les deux après-midis, ce qui est beaucoup plus que l’année dernière, d’après les employées. Dommage que la presse locale n’ait pas mieux relayé l’événement, cela aurait pu être plus. Le scoop, c’est que mes lectures ont été filmées par mon fils qui est actuellement en train de faire un montage sympa, afin que je puisse ensuite poster le court-métrage ici, et que le musée puisse également en bénéficier. Cela arrivera donc dans les jours/semaines à venir…

Globalement, j’ai eu un public attentif et tolérant. Quand je parle de tolérance, c’est bien entendu parce que j’étais consciente que certaines choses n’allaient pas. Lecture trop rapide bien que très articulée, et surtout, manque de contact visuel avec le public. Ce dernier point, c’est mon principal problème. Je me réfugie derrière mon recueil, et du coup mon texte perd de sa force. Mais cela va s’arranger…

Je m’étais inscrite de longue date à une formation organisée par la médiathèque départementale de prêt de la Haute-Saône, dont l’objet était « Maîtriser la lecture à haute voix ». Je m’y suis rendue lundi et mardi. Deux jours intenses d’exercices respiratoires pour apprendre à respirer correctement. A ce niveau, je n’ai pas appris grand chose puisque j’ai acquis cela dans ma jeunesse, à la faveur de quelques années de pratique de la clarinette. Par contre, les exercices de détente du corps, et surtout le passage sur le grill pour des exercices de lecture m’ont été très utiles, bien que difficiles. J’ai acquis des outils pour corriger mes défauts. Il me reste à m’exercer  à la maison, à me minuter -quitte à faire des lectures avec l’aide d’un métronome, et à me débarrasser de ma peur du regard d’autrui (c’est sans doute cela le plus difficile, mais je suis déterminée à y parvenir). Je vais donc avoir du pain sur la planche, mais ça me plaît 🙂

Je n’ai plus de lectures de programmées pour l’instant, mais des dates de dédicaces, à commencer par ce dimanche 27 septembre, à la Bourse aux livres de Plancher-Bas. Puis ce sera la Foire à la Patate à Ronchamp, le 4 octobre, et le Salon des Auteurs de la Foire aux Livres de Belfort les 24 et 25 octobre où sera décerné le Prix du Livre de la Ville de Belfort, pour lequel mon livre Les Bleus au corps est en lice. L’automne sera donc riche en événements que je ne manquerai pas de relayer ici, au fur et à mesure.

Lectures publiques pour les Journées du Patrimoine


Demain et dimanche auront lieu les Journées Européennes du Patrimoine. À cette occasion, le Musée de la Mine Marcel Maulini de Ronchamp (70) m’a conviée à faire des lectures publiques de ma nouvelle « Dans l’ombre de Notre-Dame-du-Haut » pour les visiteurs. Cette nouvelle raconte l’histoire réelle d’un mien grand-oncle et se déroule à Ronchamp en 1899. L’occasion de se plonger dans le quotidien des familles de mineurs, dans leurs craintes et leurs drames, malheureusement très fréquents à cette époque.

A l’issue des lectures, les visiteurs pourront s’offrir le recueil de mes cinq nouvelles régionales intitulé Si la Comté m’était contée et se le faire dédicacer. Je précise que ces textes sont originaux et introuvables en librairie à ce jour. Ce sera donc une exclusivité (qui se réitérera pour la Bourse aux Livres de Plancher-Bas le 27 septembre prochain, et le 4 octobre pour la Foire à la Patate de Ronchamp).

Deux séances de lecture sont déjà programmées à 14h et 15h30 (les deux jours), mais selon l’affluence, il sera possible d’en ajouter une troisième sans problème.

Le musée sera ouvert de 13h30 à 17h30 et l’entrée en sera gratuite pour tout le monde. Alors si vous ne savez pas quoi faire ce week-end, venez découvrir l’univers des gueules noires de Ronchamp !

Fête du patrimoine industriel – Lecture publique


Dimanche 12 juillet a eu lieu la Fête du Patrimoine Industriel à Ronchamp. Dans l’ancienne cité minière, diverses choses étaient programmées : un circuit pédestre au travers des rues du hameau de la Houillère, des visites guidées au Musée de la Mine, et des animations de plein air autour du Puits Ste Marie.

C’est à ces dernières que j’ai participé, avec une lecture publique de ma nouvelle « Dans l’ombre de Notre-Dame-du-Haut », écrite il y a environ trois ans. Cette nouvelle est basée sur des faits et des personnages réels, que j’ai mis à jour en faisant ma généalogie. Je les ai ensuite habillés pour leur donner du corps et de la force.

J’ai eu le plaisir de la lire devant un groupe d’une trentaine de personnes, toutes très attentives et intéressées. J’ai senti les auditeurs frémir par moment, preuve qu’ils accrochaient complètement à ce que je leur contais. Un silence bref marqua la fin, suivi d’applaudissements nourris, et de compliments sur la façon dont j’avais pu écrire ce texte. J’ai rarement de retours directs aussi n’ai-je pas boudé mon plaisir. Puis j’ai pu échanger avec certains d’entre eux et j’ai eu la surprise de me découvrir dans l’assistance, une personne avec laquelle je cousine lointainement, justement par la branche familiale de laquelle faisait partie le personnage principal de la nouvelle. Nous avons discuté longuement avant d’échanger nos mails afin de partager des archives familiales.

Je n’ai fait qu’une seule lecture, personne ne m’ayant demandé de renouveler la chose à la venue du second groupe de visiteurs. C’est dommage, d’autant que j’avais bien précisé que je n’avais aucune contrainte horaire. Mais était-ce à moi de m’imposer ? Je n’en ai pas l’habitude et pour tout dire, je n’aime pas cela.

En tout cas, l’expérience fut une réussite et je suis prête à la renouveler dès que possible. Au fil du temps, je gagnerai en aisance et ce n’en sera que mieux… Cela devrait se faire lors des Journées du Patrimoine, avec le Musée de la Mine. Je vous en aviserai dès que j’aurai le calendrier exact.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lecture gourmande érotique en photos


Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lecture gourmande érotique – Compte-rendu


Lecture gourmande érotique 2Hier soir a eu lieu ma lecture gourmande érotique au restaurant belfortain La Bonne table – Au pays natal. J’y suis allée très décontractée, sans que l’ombre du moindre stress ne pointe à l’horizon. Pourtant, la lecture à haute voix, qui plus est érotique, c’est quelque chose que je n’avais jamais pratiqué.Une quinzaine de convives était au rendez-vous. Cela peut paraître peu, mais la salle étant toute petite, cela faisait une belle assemblée. Toute l’équipe du restaurant m’a réservé un accueil très sympathique. Le plat concocté par le chef pour l’occasion, et qui portait mon nom, était composé de pâtes torsadées agrémentées de fruits de mer, avec une petite sauce pimentée, un délice.

J’ai donc lu, en essayant de proposer des textes de façon progressive, commençant par les épistolaires de la collection e-ros des éditions Dominique Leroy. Puis, insensiblement, j’ai présenté des extraits plus épicés. Furent au programme : « Les mémoires d’un amant » (Osez 20 histoires d’infidélité – La Musardine), « Narcissa, folle de son corps » (Fantasmes et miroirs – Collection Paulette), « Poupée de chair » et « Que la chair exulte ! (Editions Dominique Leroy)… J’ai choisi de terminer sur une note gourmande et féminine avec « L’héroïne délicieuse » (Transports de femmes – Editions Blanche), qui a séduit l’assemblée. J’aurais pu lire plus, mais je n’avais pas prévu que mes yeux me feraient faux bond, épuisés par des caractères trop petits. Je saurai, pour la prochaine fois, qu’il est préférable de lire un e-book sur smartphone que sur liseuse, je l’avais malheureusement oublié.

Il y eut de beaux échanges avec les dîneurs, et également une belle séance de dédicaces pour terminer la soirée.

Je vous rappelle que La Bonne table propose des lectures gourmandes chaque premier mardi du mois. Elle fera relâche en août, mais reprendra

Une assemblée attentive écoutait Isabelle Lorédan.

Une assemblée attentive écoutait Isabelle Lorédan.

son rythme en septembre (exceptionnellement ce sera le second mardi, pour cause de rentrée scolaire) avec la romancière belfortaine Isabelle Bruhl-Bastien, et en octobre ce sera au tour de Jean-Marie Choffat de sacrifier à l’exercice.

En tout cas, cela fait plaisir de voir des restaurateurs attachés au plaisir de la lecture, ainsi qu’un public intéressé et indulgent envers la lectrice dilettante que je suis. Je renouvellerai l’expérience dimanche, avec un texte cette fois familial, pour la Fête du patrimoine industriel à Ronchamp. Ce sera à 16h15 au Puits Ste Marie (route qui monte à Notre-Dame-du-Haut) et totalement gratuit.

Lectures publiques à Belfort et Ronchamp


La semaine qui va démarrer sera riche en événements pour moi.

Mardi 7 juillet, à 19h30, je serai au restaurant La bonne table – Au pays natal, à Belfort, rue Aristide Briand, pour des lectures gourmandes consacrées à mes nouvelles érotiques. Autour d’un plat créé spécialement pour l’occasion et portant mon nom, les gourmets pourront savourer mes mots durant la soirée, avant de se faire dédicacer les ouvrages… Pour info, les réservations sont possibles, pour cela, consultez l’image ci-dessous.

Lecture gourmande

Et comme les bonnes choses peuvent aussi arriver par paire, je participerai à la Fête du Patrimoine Industriel.

Dimanche 12 juillet, à 16h15, je ferai une lecture de ma nouvelle « Dans l’ombre de Notre-Dame-du-Haut » au Puits Ste Marie à Ronchamp. Ce texte est lisible en ligne sur le site du Musée de la Mine, dont vous trouverez le lien dans la colonne de droite de cette page, dans la rubrique « Actualité ». Ce sera la première fois que je promotionnerai vraiment mes textes non érotiques, et pour ceux qui auraient des craintes, je vous assure que ce texte est véritablement « tout public », et basé sur des faits réels qui plus est. Vous pouvez consulter tout le détail de cette journée particulière sur le site du musée. Les lectures sont gratuites et ouvertes à tous

Je devrais, en septembre, renouveler l’expérience à l’occasion des Journées du Patrimoine, mais je vous en reparlerai en temps voulu. Tout sera conditionné par mon éventuelle participation au salon du livre de Besançon, Les Mots Doubs, qui se tiendra aux mêmes dates. Quoi qu’il en soit, je serai a minima au moins un jour au Musée de la Mine de Ronchamp.

Alors, si vous n’avez rien de prévu mardi soir et/ou dimanche après-midi, n’hésitez pas à venir m’écouter…

Fête patrimoine industriel