Mon actu sur Fusion’elle


En ce début d’année, il est possible de lire les différentes contributions que j’ai apportées récemment au magazine en ligne Fusion’elle.

Un coup de chapeau pour Céline, la rédactrice en chef, qui travaille d’arrache-pied à l’amélioration du site, et à Jérémy Kartner (illustrateur de talent dont vous avez déjà pu admirer le travail pour certains volumes de la collection e-ros) pour ses nouveaux petits personnages thématiques qui viennent illustrer les différentes catégories du site ! Voici d’ailleurs celui qui illustre la rubrique littéraire

Logo litteraire

Courant janvier, vous pourrez lire un nouveau dossier de la rubrique Sexo et bien sûr en fin de mois, ma chronique littéraire avec je l’espère, une interview d’un auteur franc-comtois en préambule.

A très bientôt sur Fusion’elle, le magazine franc-comtois fait pour elles !

Publicités

Mon témoignage sur Fusion’elle


Hier, 25 novembre, c’était la journée internationale contre les violences faites aux femmes. Cette année, les campagnes ont été axées principalement sur le viol, à l’initiative de Clémentine Autain et de son manifeste des 313 dont j’ai déjà parlé précédemment.

Pour l’occasion, Fusion’elle a publié hier un extrait de mon recueil « Les bleus au corps ». Témoigner ainsi, directement, est pour moi un acte militant. Pour que plus aucune femme n’ait à vivre ce que j’ai vécu… Vous pouvez lire cet extrait en cliquant ICI

Enfin, hier soir était diffusé sur France 2, l’émission Infrarouge « Viol, elles se manifestent ». Si vous ne l’avez pas vue, vous pouvez encore le faire, elle est disponible sur YouTube.

Fusion’elle sur le net !


L’an dernier, je promouvais ici un magazine féminin régional, Fusion’elle. Un premier numéro papier avait fait beaucoup parler de lui, et il le méritait. Une belle qualité, de l’humour, bref, il innovait ! Un deuxième numéro avait été préparé, mais n’est jamais sorti pour diverses raisons. C’était la fin de l’aventure…

Aujourd’hui, Fusion’elle renaît de ses cendres sur le net. Un site performant, une équipe pleine d’idées, des publications hebdomadaires régulières… Tout est là pour que ce soit un succès.

J’ai le plaisir de faire partie de l’équipe. Chaque début de mois, j’y présente une chronique littéraire, à laquelle viendront s’ajouter des articles sur divers sujets (société, culture, sexo…). Sont en préparation un papier traitant du féminisme, et un autre qui fera le point sur la masturbation.

Alors n’hésitez pas à venir découvrir ce magazine en ligne ! Pour accéder au site, cliquez CE LIEN.

Et les auteurs de violence dans tout cela ?


La troisième et dernière partie du dossier que j’ai écrit sur les violences conjugales a été mis en ligne ce matin. Il traite des possibilités de prise en charge des auteurs de violence et  est à lire ICI

 

 

Violence conjugale : quelle aide possible ?


Le second volet du dossier mené par Isabelle Lorédan, suite à la Journée internationale des violences faites aux femmes. Un volet en immersion sur le terrain, et qui apporte des réponses concrètes à celles qui seraient face à cette situation dans l’Aire Urbaine.

VICTIMES : QUELLE AIDE POSSIBLE ?
Le premier ennemi d’une femme victime de violence, c’est son isolement, soigneusement orchestré par son conjoint. La honte ressentie, en partie liée au fait qu’elle s’imagine responsable de ce qui lui arrive, l’empêche de parler. Or, le premier pas vers la libération passe par la parole.
Aucune femme, quel que soit le contexte dans lequel se situe les violences subies (je pense particulièrement au contexte libertin qui renforce le sentiment de honte) n’est une victime au rabais. Il est important que cela soit dit, car dans certains cas, on peut entendre des victimes exprimer la crainte de ne pas être reconnues, du fait qu’elles ont pu donner leur consentement à certaines choses. La honte doit être dans le camp des auteurs de violence, pas dans celui des victimes.
Pour lire la suite, c’est ICI

Journée internationale contre les violences faites aux femmes


Je remercie Olivier Capron de m’avoir ouvert les colonnes de son blog d’actualité pour la publication de ce dossier préparé de longue date.

25 novembre, journée consacrée aux femmes et aux maltraitances qui leur sont faites. L’occasion pour BlaBlaEtc de prendre du temps pour traiter d’un thème pas toujours très simple à évoquer. La chape de plomb qui l’entoure n’enracinant qu’un peu plus, chaque jour, leurs auteurs dans l’impunité. Isabelle Lorédan, auteure franc-comtoise (dont vous pouvez retrouvez le portrait sur notre site), nous livre ici son dossier en trois parties, dont on sent la plume à fleur de peau.

Les violences au sein du couple peuvent prendre plusieurs formes.

– Les violences psychologiques (de loin les plus nombreuses, puisque représentant 87,1 des appels de détresse)

– Les violences physiques (qui suivent de près avec un pourcentage de 79,6%)

– Les violences sexuelles (5,3%)

Ces chiffres sont révélés par une enquête réalisée par la Fédération Nationale Solidarité Femmes, basée sur les 50.000 appels reçu par le 3919 (service gratuit mis en place par le gouvernement en 2007).

La suite est à lire ICI

LA TV S’INVITE A CHAMPAGNEY(70)


  « La route de l’abolition de l’esclavage »

Texte et photos Isabelle Lorédan.

Lundi et mardi, la petite cité de Champagney était en effervescence. En effet, on y attendait le réalisateur Alain Maline (« Jean Galmot » « Cayenne Palace ») et son équipe pour le tournage de scènes d’un docu-fiction produit par Canal+. Thème de ce film : un couple (interprété par Keen de Kermadec – « La grande béké »- et Jean-Michel Martial – « Les frères Pétard », « Un crime au paradis ») décide de parcourir à vélo, la route de l’abolition de l’esclavage, à la recherche de ses racines de descendants d’esclaves. Partis de Guyane, nos deux héros sillonnent ainsi la Bourgogne, l’Alsace, la Lorraine, et bien sûr la Franche-Comté avec Champagney et le château de Joux.

La suite à lire sur Fusion’elle…