« Épanouissantes contraintes » vu par Eloradana2303


Je savais qu’une chronique de lecture de Épanouissantes contraintes devait tomber sur le blog Le monde enchanté de mes lectures, et voici que c’est chose faite.

Je ne boude pas mon plaisir devant cette lectrice qui, une fois de plus, à été conquise par mes nouvelles érotiques. Eloradana2303 est une passionnée de littérature érotique et ma foi, ça tombe plutôt bien -même s’il se trouve par ailleurs, des personnes qui ne sont pas fanatiques de ce registre mais qui ont été sensibles malgré tout à ma plume.

… L’auteure maîtrise vraiment l’art de l’érotisme… (à propos de « Que la chair exulte ! »

Si elle a apprécié les trois nouvelles, sans surprise c’est Poupée de chair qui est sa préférée, comme c’est le cas avec la quasi totalité des lecteurs/trices (et pour l’auteur que je suis également).

… l’auteure met des mots sur un amour qui dépasse l’entendement. Les émotions sont vraiment vives…

Je confirme que les émotions sont vives, j’ai moi-même terminé d’écrire ce texte dans un état émotionnel extrême. Il semble que cela se communique aux lecteurs et c’est tant mieux.

Vous pouvez lire l’intégralité de cette chronique en cliquant ICI.

 

Publicités

Le Corbusier : œuvres inscrites au Patrimoine Mondial de l’Humanité !


Ce week-end aurait du être festif dans la Communauté de Communes Rahin et Chérimont (CCRC), et plus particulièrement à Ronchamp, puisque l’ex-cité minière est surplombée par la Chapelle Notre-Dame-du-Haut, oeuvre majeure signée par l’architecte franco-suisse Le Corbusier, et que cette dernière faisait partie des 17 sites en lice pour une inscription groupée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO. Benoît Cornu, Président de l’association des sites Le Corbusier, était parti —avec une délégation française— à Istanbul dès vendredi, afin de suivre les délibération du 40ème Comité du Patrimoine Mondial, et il était prévu qu’en cas de victoire, les cloches de tous les édifices de la CCRC sonnent à la volée pour annoncer la bonne nouvelle aux habitants.

Mais c’était sans compter sur l’actualité tragique de cette fin de semaine. Dès vendredi, après l’attentat sanglant de Nice qui vit périr 84 personnes, il avait décidé qu’en solidarité avec les victimes, les cloches ne sonneraient pas. Et samedi matin, c’est la tentative de coup d’état en Turquie qui a stoppé les travaux de la commission. Benoît Cornu a pu faire passer des nouvelles rassurantes via Facebook, indiquant être en sécurité à l’hôtel. Dès samedi soir, il indiquait que le comité reprendrait ses délibérations le dimanche matin, en accéléré.

C’est donc dimanche 17 juillet, peu après 10 heures, que la bonne nouvelle est enfin tombée : la chapelle de Ronchamp et les 16 autres sites de Le Corbusier, étaient bel et bien inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité.

La longue route vers l’inscription

Cette décision de l’UNESCO vient couronner un travail de longue haleine. En effet, c’est en 2002 que fut évoquée pour la première fois la possibilité que la chapelle ronchampoise soit candidate à cette inscription prestigieuse, ce qui a été le cas en 2008, avec une première candidature collective regroupant 22 sites, et qui s’est soldée par un échec. Mais il en fallait plus pour décourager les amoureux de l’oeuvre de Le Corbusier. Forts de cette première expérience, l’association de L’Œuvre Notre-Dame-du-Haut, Benoît Cornu, les élus de la communauté de communes et du département de la Haute-Saône ainsi que les bénévoles et salariés de l’Office du Tourisme de Ronchamp ont travaillé de concert avec leurs homologues étrangers à un nouveau dossier de candidature , prenant en compte des préconisations de l’organisme international. Là encore, ce fut un échec, le Comité du Patrimoine Mondial recommandant de différer la décision d’inscription de l’oeuvre de Le Corbusier à une prochaine session.

Benoît Cornu l’avait annoncé dès le dépôt de cette troisième candidature en 2015, celle-ci serait la dernière et tant pis si ce troisième essai n’était pas transformé. Cependant, tout avait été fait pour qu’il le soit, tant au niveau local (comcom, département, région, auxquels est venu s’ajouter le soutien total du Ministère de la Culture). Cette réussite est donc un peu la sienne, mais aussi celle de toutes celles et ceux qui ont travaillé sans relâche pour la réussite de ce projet.

Quel avenir pour Ronchamp et ses environs ?

Cette inscription internationale prestigieuse marque le début d’une nouvelle ère pour cette zone des Vosges Saônoises, qui bénéficie déjà de l’aura apportée par la Planche-des-belles-filles, depuis que le Tour de France l’a fait entrer dans la cour des grands en 2012. Après s’être inscrite comme une terre sportive, la Haute-Saône peut désormais s’enorgueillir d’être également une terre de culture et de patrimoine.

Aujourd’hui débute donc une nouvelle aventure, car il reste à développer l’accueil touristique sur le territoire de la CCRC : structures hôtelières, infrastructures de transport —déjà amorcées avec la mise en place début juillet, d’une navette qui permet aux touristes de naviguer entre les différents sites touristiques de Ronchamp* et Champagney*, voire La Planche-des-belles-filles le week-end—, espaces culturels et sportifs —en cours de finition sur le chantier de La Filature et dont beaucoup ne comprenaient pas l’utilité jusqu’à ce jour—, etc.

Tout cela a été rappelé par les différents intervenants et élus présents ce matin à la Chapelle de Le Corbusier, pour une conférence de presse. Tous ont confirmé leur engagement à venir pour faire de ce label, le fer de lance de l’économie de toute la vallée du Rahin, voire du Nord Franche-Comté.

Pour célébrer cette inscription tant attendue, une soirée de festivités aura lieu le vendredi 22 juillet à Ronchamp. Après une montée à pieds (par le chemin de croix) vers la Chapelle dès 19h, un lâcher de ballons aura lieu au pied de l’édifice à 20h30. Je ne manquerai pas de communiquer les détails de cette soirée dès que j’en aurai connaissance.

A noter qu’un « Pass’Partout » a été mis en place pour le prix de 11 euros (5 euros pour les enfants). Il offre l’accès aux trois sites touristiques de la CCRC (Chapelle ND du Haut, Musée de la Mine, Maison de la Négritude), la gratuité de la navette ainsi que des avantages chez certains partenaires. Il est disponible à l’Office du Tourisme de Ronchamp.

Pour les habitants de la communauté de communes Rahin et Chérimont, l’accès à Notre-Dame-du-Haut est gratuit sur présentation d’un justificatif de domicile.

* Notre-Dame-du-Haut et Musée de la Mine Marcel Mauliny (Ronchamp) – Maison de la Négritude et des Droits de l’Homme (Champagney)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nouvelles critiques


Je n’ai pas de nouvelles critiques sur le recueil Épanouissantes contraintes (éditions Dominique Leroy), par contre un inscrit de Babelio en a déposé sur les nouvelles parues en numérique qui le composent. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il a aimé mes textes…

Je précise que je ne connais absolument pas ce lecteur, et que donc il ne saurait être question ici de « copinage » 🙂

Je profite de l’occasion pour rappeler que, en attendant que mon livre soit distribué, vous pouvez me le commander par mail (formulaire « Contact » de ce blog), je me ferai un plaisir de vous l’envoyer à réception de votre paiement. Je me tiens également à disposition de tout libraire ou médiathèque qui souhaiterait organiser une rencontre avec les lecteurs et/ou une séance de dédicaces.

À propos de Poupée de chair :

C’est finement équilibré, entre tendresse et soumission. Cette nouvelle est émouvante, le style est limpide et charmant

Babelio - critique poupée de chair

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de Un, deux, trois… Nous irons en croix :

Encore une fois, la plume chaude et suave de cette auteure m’envoûte. Ce n’est peut-être pas la meilleure de ses nouvelles mais elle est tout de même délicieuse.

Avis lecteur Bouvy 123

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de Que la chair exulte ! :

« … cette plume qui élève l’érotisme au grade de la poésie… L’érotisme est puissant, sans fausse pudeur mais jamais il n’est trivial. »

Avis lecteur Bouvy que la chair

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au programme de l’été : boucler mon roman


Il est en chantier depuis pas mal d’années ce roman. C’est un peu l’arlésienne, j’en parle, j’y travaille, puis je passe à autre chose mais sans l’oublier. Que sera-t-il donc ?

Un érotique fortement teinté de sadomasochisme (pas de BDSM, puisque la consensualité sera aux abonnés absents), que voulez-vous, on ne se refait pas. Et c’est là que j’innove car je quitte le chemin sécurisé des belles histoires pleines de bons sentiments pour l’inconnu des sentiers insécures, les méandres de la noirceur de l’âme humaine. Ce projet est déjà plus qu’avancé, et je vais plancher tout l’été afin d’avoir un manuscrit terminé à la rentrée. À raison d’un chapitre par jour (soit environ 6 pages si je veux garder les proportions actuelles), c’est tout à fait jouable et me laisse même de la marge pour la relecture et les corrections.

Ce récit porte actuellement le nom de La traversée du miroir. Je ne donnerai pas d’explication sur ce choix qui devrait apparaître naturel aux lecteurs (si le texte est édité un jour, ce qui est une autre paire de manches). En attendant, et parce qu’avant de plonger dans le glauque de l’histoire, je m’immerge dans des atmosphères littéraires malsaines avec quelques romans de Philippe Djian, peut-être une révision de la trilogie de Florence Dugas également, ça ne peut pas faire de mal 😉

 Pour clore ce billet, voici un petit extrait doux, qui n’est en rien révélateur de l’ambiance générale qu’aura ce texte une fois terminé, mais qui me plaît pour sa sensualité.

Je m’enhardis à découvrir son corps, osai des caresses de plus en plus intimes. Je goûtai sa peau avec ravissement, la découvrant délicieusement sucrée. Je m’abreuvai fiévreusement à sa source, jusqu’à ce que ma soif d’elle fût étanchée. À mon tour, je lui rendis ce plaisir fou qu’elle m’avait donné quelques instants auparavant. Quel bonheur ce fut de ressentir chaque frémissement, chaque spasme, d’entendre chaque plainte… J’aurais voulu me perdre à jamais dans la tiédeur moelleuse de ses chairs accueillantes pour ne plus jamais en sortir, revenir à l’état de fœtus pour mieux la posséder.

Le manoir – Emma Cavalier


Cet excellent premier roman d’Emma Cavalier vient d’être réédité chez France Loisirs en mai 2016.
On ne peut que s’en féliciter, puisqu’il était introuvable en livre papier depuis des années. Il n’y a plus qu’à espérer que la suite, « Les légendes du Manoir » ait le même destin, ce qui pourrait être de bonne augure pour une éventuelle édition du troisième et dernier tome.

Fantasmagor'... Isa

Quatrième de couverture :

Le Manoir est le récit de Pauline, jeune archiviste chargée de mettre de l’ordre dans les documents accumulés dans une demeure consacrée depuis un siècle à des pratiques et des rencontres sadomasochistes. Totalement ignorante de cet univers, Pauline découvre un monde étonnant de fantasmes. À cette découverte troublante que nous suivons pas à pas au gré des documents classés par Pauline, se mêle une expérience bien réelle avec son employeur, Julien, qui lui impose des règles en fonction de ses caprices.
Aux prises avec cet homme qui associe allégrement la souffrance avec le plaisir, la complicité avec la brutalité, Pauline se retrouve face à elle-même, à ses propres désirs et à ses propres choix.
Nous suivons alors son apprentissage, celui de la douleur accepté, du plaisir, de l’amour et de l’acceptation de soi.

Le Manoir, porté par la finesse et la force de son style…

View original post 451 mots de plus

Épanouissantes contraintes – 1ers avis


J’ai traîné un peu pour partager ici les premiers retours de lecture de mon nouveau livre papier Épanouissantes Contraintes, paru aux éditions Dominique Leroy à la fin mai. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce recueil de nouvelles érotiques marque des points auprès de ses premières lectrices !

Tout d’abord, il y a eu cette chronique sur le blog Une femme, des livres. J’avais eu l’honneur d’une interview de cette blogueuse il y a quelques mois, et j’ai donc été ravie qu’elle soit la première à parler de ce nouveau bébé. Et en quels termes ! Jugez donc :

Épanouissantes contraintes est un recueil de nouvelles érotiques plus qu’intense. Isabelle Lorédan dit bien plus qu’elle ne suggère et ne s’embarrasse pas de circonvolutions. Et pourtant, rien ne choque dans ses textes, tant son écriture est belle et ses mots choisis. On peut être cru sans être vulgaire, direct et pourtant sensible. C’est ce que réussit admirablement bien Isabelle Lorédan, avec ces trois beaux portraits de femmes qui assument leur sexualité, sans tabou, prêtes à toutes les expériences. Des femmes comme Isabelle Lorédan les aime, au fond.

L’intégralité de la chronique est à lire ICI.

Cet après-midi, via Facebook, j’ai eu un second retour d’une auteure franc-comtoise, Nathalie Lombardot, qui m’a acheté le livre lors du salon auquel nous participions toutes deux il y a quelques temps aux Écorces (25). C’est plus court et moins étayé que le précédent, mais ça sort du cœur. Et pour le coup, j’ai hâte d’avoir plus de détails lors d’une prochaine rencontre.

Avis Nathalie Lombardot Epanouissantes contraintes

La dernière phrase a son importance, car c’est aussi mon but d’apporter un peu de soleil et de bonheur à mes lecteurs. Il semble que cela fonctionne 🙂

Pour information, le livre est disponible à la vente sur le site des éditions Dominique Leroy, en cliquant ICI et sera prochainement distribué en librairie. Pour les hauts-saônois, on peut l’acheter à la Librairie du Centre à Lure (70200) et au Tabac-Presse de Plancher-Bas (70290). Il est également disponible au prêt à la médiathèque René Bégeot de Ronchamp (70). Il est également possible de me le commander directement par mail, ou de me l’acheter sur les salons auxquels je participerai (voir les date sur la page « Agenda » de ce blog, régulièrement mise à jour).

Naissance de Isabelle Lorédan Rédaction


Je suis heureuse de vous annoncer la naissance de mon entreprise Isabelle Lorédan Rédaction. Avec cette entité, je propose, en freelance, des services de rédaction web, d’accompagnement littéraire (rédaction, corrections de manuscrits…), d’assistance administrative, ainsi que des ateliers d’écriture, des lectures à haute voix ou toute autre activité littéraire.

Cela s’adresse aux entreprises, collectivités, associations ou même particuliers.

Un site est d’ores et déjà en ligne, il sera enrichi prochainement. Vous pouvez le trouver ICI. Les tarifs seront mis en ligne bientôt, et les demandes particulières feront l’objet de devis, ajustés au mieux des besoins.

Isabelle Lorédan Rédaction a également sa page Facebook, n’hésitez pas à vous y abonner afin d’être informés des dernières actualités.