Epidémie, méfiance et gestion calamiteuse


Je peux comprendre que certains trouvent que l'on en fait trop sur le Coronavirus, que la presse en fait ses choux gras.
Je peux comprendre - parce que c'est le cas - que la gestion de cette crise soit jugée calamiteuse ou pour le moins déficiente.


Par contre, et là j'en reviens aux médias et à ce qu'on leur reproche, plonger dans la théorie du complot tête la première, j'avoue que ça me laisse dubitative, car il faudrait admettre que le complot soit mondial et les victimes factices ! Les milliers de morts en Chine, en Iran ou ailleurs ne sont pas factices. On nous parle de protéger les personnes faibles, mais qui pense aux ravages que ce virus va faire a sein des camps de réfugiés dans lesquels les conditions d'hygiène et d'hébergement sont déjà désastreuses. Vis à vis de tous ces gens, ces théories fumeuses sont indignes.
Certes, pour l'instant, la situation n'a rien de catastrophique en France. Pour l'instant... Car quand on voit la vitesse à laquelle les cas de contamination se développent, cela n'a rien de réjouissant, même s'il ne faut pas sombrer pour autant dans la paranoïa. Il semble qu'au niveau gouvernemental, on fasse le choix de privilégier les intérêts financiers aux intérêts sanitaires... De cela, il faudra répondre un jour, car tout se paye tôt ou tard.
Grâce au rassemblement évangélique récent dans le secteur de Mulhouse, l'Alsace et le Nord Franche-Comté qui la jouxte ont vu le nombre de cas exploser en quelques jours. Donc oui, malgré les remontrances de certains, le Territoire de Belfort et autres zones limitrophes peuvent (doivent ?) être considérées comme des zones à risque élevé.
Qu'aurait dû faire la presse, que l'on montre du doigt ? Le taire ? Soyons sérieux deux minutes ! On a atteint un tel niveau dans la défiance (alors que rarement autant de fake-news ont été relayées par ces mêmes personnes sceptiques) qu'il semble aujourd'hui que plus aucune information ne paraisse crédible à personne. Et là, on ne peut s'empêcher de se dire que les malfaisants qui utilisent les fake-news à outrance depuis des années ont atteint leur but : généraliser la suspicion pour faire naître le chaos.
Si la presse ne relayait rien de l'évolution de la situation, tout le monde hurlerait au fait que "on nous cache tout/on nous dit rien" pour conclure ensuite en chœur que les médias sont à jeter (du coup, même résultat, mais avec des risques sanitaires beaucoup plus importants pour tout le monde) !

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :